Hijab and the city

Aujourd’hui, le mariage connait une véritable crise et les musulmans ne sont pas épargnés. Dans ce nouvel épisode d’Oumma pour elle by Hijab and the city, Khadija présente les différentes solutions adoptées par les musulmans pour échapper au célibat.

C’est ICI !

Excellent début de semaine à toutes et à tous.

Publicités

Par Schtroumpfette

Je pourrais vous raconter l’histoire d’une fille qui en se voilant a renoncé au grand amour, celui qui vous frappe en plein coeur dans la rue : un homme ébloui par la beauté d’une hijabeuse  (ses yeux de gazelle, sa retenue…) la  suit jusqu’à chez elle (ou, s’il ne le peut va jusqu’à  engager Monk pour la retrouver). Arrivé chez son père, il le supplie de lui donner celle qu’il considère comme l’oxygène de ses poumons, la cornée de ses yeux… Son père dit oui et vous connaissez la suite.
 
Non non! Mon histoire, c’est celle d’une soeur voilée passée 25 ans, toujours pas l’ombre  d’un prétendant à l’horizon, et qui, parce que la pression sociale la pousse à remettre en question jusqu’à sa propre existence, est à l’affût de la moindre proposition (pas sérieux, ne pas s’abstenir!!!) Elle devient une proie pour certaines personnes qui ont oublié d’aimer pour les autres  ce qu’elles aiment pour elles. Celles-ci l’appellent régulièrement, prennent de ses nouvelles et sur le ton de la conversation lui proposent « le frère »: gentillesse, piété, instruction, travail… Et comme par hasard, notre soeur correspond totalement à ses critères. Les marieuses changent ensuite complètement de conversation, parlent des soldes alors que notre soeur pense déjà à la neggafa qu’elle va choisir, à la couleur des faire-part.

Revenue à elle, elle dit fébrilement qu’elle est intéressée, les marieuses lui répondent alors: « y a pas de soucis, jte rappelle!!! »
 
Là, notre amie attend qu’on la recontacte, menace les membres de sa famille de ne pas utiliser le téléphone, appelle 15 fois par jour son opérateur portable pour vérifier qu’il n’y a pas de problème sur sa ligne…

Après des semaines, elle revoit celles qu’elles avaient élevé au rang de sauveuses. Elle engage la conversation autour de sujets banals tels que la famille, la santé… les marieuses racontent alors leur vie pendant tout l’entretien feignant de ne pas comprendre les allusions plus qu’explicites  de leur interlocutrice au sujet du « super frère ». La fierté de notre amie l’empêchera d’aborder directement le sujet; on ne peut que l’en féliciter.
 
Mesdemoiselles, n’insistez jamais avec ce genre de personnes qui sont souvent des récidivistes. Marier les gens ne les intéresse pas pour les bonnes raisons: permettre aux musulmans de se rencontrer dans le halal mais pour qu’on s’intéresse à elles et qu’on leur donne de l’importance (ceci vaut aussi bien pour celles qui plaideraient l’étourderie: oublieraient-elles s’il s’agissait de leur soeur de sang ?)

 
PS: Message à celles qui me lisent, mariées, heureuses en ménage et qui ont déjà fait des propositions fantômes: est-il utile de rappeler qu’il est cruel de jouer avec les sentiments et la détresse de sa soeur? Pour celles que cet argument ne convaincrait pas, rappelez-vous le hadith : » ce que tu fais aux autres te sera fait ». Pour celles qui n’auraient toujours pas compris, pensez qu’un jour vous aurez des filles à marier.
 
A bon entendeuses!!!!!!!!!!!!!