Par Khadija

Eteignez les lumières, allumez des bougies parfumées, asseyez vous en tailleur, prenez votre chapelet, il est l’heure de vous évader… ceci est une invitation au voyage,  mais pas n’importe lequel, le voyage des sens et de l’esprit, je veux vous parler du dhikr.

Le dhikr signifie littéralement rappel ou souvenir, c’est une forme de recueillement, où la musulmane récite les Noms divins, des formules coraniques ou encore des prières de bénédiction sur le Prophète (SAW).

Le dhikr peut se faire seule ou en groupe, le but étant de se concentrer en vue d’atteindre l’exaltation de l’esprit, une exaltation mystique pour ainsi réduire l’anxiété, le stress et toute l’énergie négative qui nous ronge.

Le yoga ou encore la relaxation participent de la même logique, ce qu’ils visent c’est avant tout l’ascèse morale. Le dhikr a pour but de purifier le coeur de la personne qui le pratique, le rappel réside dans le fait qu’il permet de se rapprocher de Dieu et donc de ne pas l’oublier ce qui instaure dès lors une relation entre le Très Haut et sa créature.

N’oublions pas également que le dhikr assure également le salut, car il n’y a pas de meilleur salut que le dhikr.

Ainsi, vous l’aurez compris l’invitation au voyage dont il est question vous mènera aussi, si vous vous y attelez autant que faire se peut, là où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté: la félicité ici-bas et dans l’au-delà, le 2 en 1 idéal.

Si j’insiste sur l’importance du dhikr, c’est simplement pour vous rappeler que nous détenons finalement le moyen d’arriver nous même à notre propre réussite. Parvenir à apaiser son coeur et à alléger ses souffrances. Bonne nouvelles pour les plus ruinées, pas besoin de dépenser une fortune en frais d’honoraires chez le psy, quoiqu’il ne faut pas se leurrer, c’est toujours bon d’avoir quelqu’un pour nous écouter, en l’occurrence la bonne copine qui non seulement vous séchera vos larmes quand tout ira mal mais qui se joindra à vous pour un dhikr à deux pour partager un moment fort « où le monde s’endort dans une chaude lumière » (j’arrête là avec Baudelaire).

Publicités

A j-15 du bonheur …

14 août 2008

Par Khadija

Parce qu’on a trop tendance à oublier nos priorités et LE dessein pour lequel on se bat chaque jour, ce billet a pour but de réveiller nos cœurs qui, tout au long de l’année, sont pris dans la tourmente des passions et des tracas en tout genre, mais qui, en réalité, ne sont que des faux fuyants, des excuses qui nous permettent de justifier notre oubli des priorités. Le bonheur dont je vous parle c’est le mois de Ramadan, un mois béni où les vœux s’exaucent, où la pénitence est de mise, et où la miséricorde du Très Haut nous inonde.

Au-delà des bienfaits que le jeûne procure à notre corps, c’est avant tout l’esprit qui se rassérène et la foi qui se raffermit, si toutefois on s’attelle à suivre un programme spirituel bien défini et qu’on abandonne quelques instants, que dis je quelques heures, sa cuisine pour celles qui pensent que Ramadan rime avec ripaille. Néanmoins,  il est vrai que la table servie, qui est notre lot quotidien tout au long de ce mois, fédère les musulmans, cimente la famille, recrée du lien social entre des personnes qui partagent des convictions, une foi, un message par delà les cultures, par delà l’altérité.

Aussi, nous sommes au mois de cha’ban, et il est bon de jeûner quelques jours afin de préparer son corps tant physiquement que mentalement pour mieux accueillir le Ramadan. Et parce que les portes du Paradis s’entrouvrent en ce moment pour, au final, être béantes et ainsi mieux recevoir les supplications  du commun des mortels, on ne peut que qualifier de sublime et extraordinaire ce mois béni.

Alors à vos chapelets pour le dhikr (rappel) qui est la nourriture de l’âme! A vos listings pour vos invocations (par ordre de priorité bien sûr !) parce qu’elles peuvent changer votre destin. Sans oublier la Perle qui, malheureusement, bien souvent prend la poussière sur nos étagères, je veux parler du livre Saint, du Coran qui est de loin le remède à tous les maux qui peuvent nous toucher.