Sophie Guillemin : rencontre exceptionnelle avec une actrice qui le vaut bien !

3 avril 2009

Par Mariame

sophie-guillemin
© Hijab and the city

Rencontre dans un petit coin sympathique de Paris. Il fait très beau et Sophie Guillemin nous accueille avec un très grand sourire. Chacune de nous se présente, on discute un peu, on rit beaucoup. On commence par aborder sa carrière d’actrice, la manière dont elle est arrivée dans le milieu du cinéma. C’est « par hasard » qu’elle s’est retrouvée au casting de L’Ennui alors qu’elle était lycéenne. Un coup de chance pour un rôle dans un film qui a fait parler de lui et qui lui a permis de connaître d’autres opportunités. D’un coup se sont enchaînées les propositions, notamment pour un film en 2000, Harry, un ami qui vous veut du bien qui lui vaudra alors une seconde nomination aux Césars.

En 1999, elle décide de se convertir à l’Islam.

« En réalité, ça a commencé bien avant, la pratique est venue lentement. Au début, j’ai commencé par changer des trucs personnels, arrêter de boire par exemple. Au niveau professionnel, j’ai arrêté les scènes de nu et tout ce qui pouvait entrer en contradiction avec mes principes. Mais j’ai continué à jouer, et j’ai eu envie de porter le voile. Cela semblait pour moi une nécessité, puis je l’ai portée en 2002. Et j’ai arrêté le cinéma jusqu’en 2007-2008. Dans ce milieu, on disait que j’étais partie dans des camps en Arabie Saoudite.»

Lorsque l’on demande à Sophie comment s’est déroulée sa rencontre avec l’Islam, comment d’une adhésion à une croyance, elle est passée à une pratique active, elle nous explique que depuis toute petite, elle croyait en un créateur.

« Mes parents sont athées, je n’ai jamais eu d’éducation religieuse. Petite je suis allée avec une copine à ses cours de catéchisme pour voir ce qu’était la religion, mais ça ne m’a pas parlé, notamment cette ambivalence entre Dieu et Jésus fils de Dieu. Rien ne me semblait logique, du coup je me suis éloignée de ses croyances, et je n’avais pas d’autres croyances auxquelles m’accrocher. En 1997, j’ai rencontré le père de ma fille qui lui est musulman. On a parlé religion, existence de Dieu. Du coup, je suis partie à la Fnac acheter des livres, un Coran. J’ai vu qu’il y avait dans l’Islam un rapport direct à Dieu, pas de clergé. Je me suis donc convertie, avant même de porter le voile, alors que j’étais encore actrice.» 

La religion n’est pas un carcan pour Sophie.

«Elle ne m’a pas changée, je n’ai pas changé ma personnalité. Les gens font beaucoup d’amalgames avec les limites morales que l’on s’impose et du coup, on croit que dès qu’on s’impose des limites, ben on est opprimé. Et on arrive pas à comprendre que vouloir évoluer dans un cadre, avec des valeurs, une structure, ça peut être épanouissant. Non, forcément c’est opprimant. Aujourd’hui, on est dans un hédonisme total, si on n’est pas dans l’excès, on est considéré comme opprimé. » 

Les réactions à sa conversion sont différentes.

«Quand les gens savent que je suis musulmane, ils sont ok. Mais dès que je leur dit que je suis pratiquante, ils trouvent ça suspect.  A la rigueur être musulmane ça ne les dérange pas trop, mais pratiquante, ça fait de moi quelqu’un de dangereux ou d’opprimé.»

Lorsqu’on lui demande de nous raconter son premier jour avec son foulard, la réaction de son entourage proche et professionnel, elle nous explique que ses amis s’en fichaient.

«Sophie c’est Sophie, ils n’étaient pas étonnés car mes amis ont suivi ma progression. Ils ne se sont pas arrêtés sur l’apparence. Mes parents eux étaient inquiets lorsque j’ai porté le foulard. Ils avaient peur que la société me mette en retrait, me marginalise, ce qui est le cas (rires). Mes parents ne m’ont jamais reniés, ils ont juste eu peur pour leur enfant. »

Et son entourage artistique ?

«C’est clair, en général c’est pas vu d’un bon œil. Le premier jour où je l’ai portée, j’étais sur un projet de film. Une fois, on avait rendez-vous avec les réalisateur pour des essais maquillage et costumes. Je portais donc le voile dans la rue, j’arrivais avec, et une fois là-bas, je le retirais, parce que j’étais au travail. Je l’enlevais par rapport à lui, à son film. Je ne voulais pas lui imposer dans son boulot à lui. Donc j’arrivais (rires), et du coup il a eu peur que je m’éloigne de son film, qu’il y ait une espèce de fuite, et qu’à mon avis je lâche. Du coup je ne l’ai pas fait, il était carrément sur la défensive  à cause de ça et à un moment donné, y a eu un truc qui ne m’a pas plu. En même temps, c’était une période transitoire pour moi. J’avais dit oui pour un film mais en même temps, j’étais en train de passer à autre chose… c’était difficilement conciliable. Et je me suis dit, on passe à autre chose. »   

Quand on l’interroge sur ce qui a changé après sa conversion dans sa manière de vivre, Sophie nous explique qu’en 2002, quand elle a décidé de ne plus jouer, c’était un tout.

« Je voulais porter le voile, mais je voulais aussi un enfant, l’élever, et ne pas le laisser à deux mois et partir en tournage. Puis j’ai saturé de Paris, et c’est clair que je voulais partir. Beaucoup de choses mélangées qui ont fait que j’ai changé de mode de vie. »

Et aujourd’hui ?

« (Rires) j’ai fini par l’enlever… malheureusement. C’est clair que je ne suis pas du tout dans la revendication ou quoi que ce soit. Mais à un moment donné, c’était dur pour moi physiquement de le porter. » 

Le regard des autres ?

« Non pas du tout, tout le contraire. Plus les regards, surtout après le 11 septembre sont agressifs, plus j’ai un petit côté à aller dans la provoc’. Non vraiment c’était physique. Je ne supportais plus de ne plus sentir le soleil, le vent, de me sentir enfermé. Et tout ça, c’est devenu une contrainte. Et y a un verset dans le Coran qui dit qu’il n’y a pas de contraintes en Islam, et je me suis appuyée sur ça même si c’est clair que je ne revendique pas du tout que ce n’est pas une obligation c’est pas ça. C’est que du coup, je sentais ma foi s’égratigner, je faisais moins ma prière, j’avais cette partie là que j’avais du mal à gérer. J’avais peur que ça influe sur la foi première. Je voulais me remettre à fond sur la foi… (rires). Mais je vais le remettre (rires). Y a des périodes dans la vie, je me dis que celle-ci a été une période de faiblesse. Personne n’est parfait.

Quand on lui parle des autres musulmans, de ses rapports avec la « communauté » musulmane, elle nous explique qu’elle n’a pas eu la démarche d’en côtoyer plus.

« A part la famille de mon mari, je n’ai pas beaucoup de musulmans dans mon entourage. Mais maintenant j’en connais un peu plus, parce que j’ai recommencé à jouer, je repasse par la petite porte, et j’ai rencontré de jeunes acteurs, musulmans, alors que quand je débarquais dans le milieu je ne connaissais personne. Mais je n’ai jamais eu de démarche volontaire, ça a été au gré du hasard. Mes meilleurs amies ne sont pas musulmanes… je pense que c’est une question de mentalité. Elles ne sont pas musulmanes mais on a le même état d’esprit. Elles sont chrétiennes, mais on s’entendrait moins si elles étaient délurées (rires), si elles allaient en  boite tout le temps, etc. Là forcément ce serait dur à concilier. Mais elles ne sont pas comme ça donc pas de soucis !» 

Le retour de Sophie ? L’espoir du cinéma français revient sur la scène après s’être dévoilée.

« Les gens du milieu sont contents que je revienne. Mais (rires) le problème auquel je suis confrontée c’est qu’au cinéma, les rôles contiennent au mieux des baisers, au pire des scènes d’amour. Comme je fais ni l’un ni l’autre (rires)… même mon agent ne comprend pas. Enfin elle le comprend, mais c’est difficile à accepter. »   

Foi et cinéma. Possible à concilier ? Incompatibilité ? Films sur la religion ?

« (Rires) les films sur la  religion… y aurait pas beaucoup de travail là. Pour moi, tant que je ne joue pas dans un registre de séduction, d’exposition des corps… marcher dans une rue, ça n’a rien de dramatique. Etre en représentation… c’est peut être la question de l’image, de la représentation ? Je pense qu’on peut écrire une histoire qui ne traite pas que de religion et que l’on peut représenter. Je ne vois pas en quoi c’est incompatible. »

Le mot de la fin ?

Que dirait l’actrice Sophie Guillemin aux lectrices et contributrices de Hijab and the city qui se reconnaissent peut être dans le fait que des portes te soient fermées non pas à cause de ce que tu es mais à cause de ce que la société pense que tu es, à cause de tes croyances. Des femmes qui elles aussi sont marginalisées socialement, professionnellement, etc.

« Je peux comprendre que dans le cinéma, les histoires d’amours il en faut. Je comprends que ça ne puisse pas passer, j’essaye de m’y adapter, je leur demande pas de s’adapter a moi. A la rigueur si ça ne concernait que ce champ…, mais là non, toute la société est concernée par le fait qu’on  marginalise. Un métier quand tu es voilée, tu peux pas le faire.»

Merci beaucoup Sophie ! 

De rien du tout (rires).

Publicités

13 Réponses to “Sophie Guillemin : rencontre exceptionnelle avec une actrice qui le vaut bien !”

  1. Itaquilah said

    As salam alikoum mes tres cheres soeurs , je vous dis Bravo ! le temoignage de notre soeur Sophie nous revele encore une fois la dure realité que peuvent subir nos soeurs voilées !!! Quelle tristesse de voir autant de porte fermée à des personnes qui demandent seulement le respect de leur conviction religieuse mais au nom de la « Laicité » on nous impose une toute autre ideologie….peut etre celle de l’islamophobie , appelé ca comme vous voulez…
    Nawel

  2. fan said

    Un grand merci Hijab and the city et particulièrement à Mariam pour ce fabuleux article sur la talentueuse et courageuse Sophie Guillemin.
    Merci aussi pour les contenus de qualité que vous proposez et vraiment je suis épatee par tant de professionnalisme et d’originalité.

  3. Sonia93 said

    Bravo pour cet article très pro et surtout très interessant. Je connaissais Sophie Guillemin parce qu’elle est de la même generation qu’Audrey Tautou et Marion Cotillard. Ce sont des actrices que j’apprécie beaucoup, et j’ai vu Charly un ami qui vous veut du bien.
    Je souhaite exprimer tout mon soutien et mon admiration à Sophie. J’ai été très touchée par ses propos et sa grandeur.

    Encore merci pour ce petit moment de bonheur et un grand bravo à Mariame, une de mes chroniqueuses préférées!

  4. Ridouane said

    L’interview est excellente! Sophie Guillemin est une grande actrice que j’ai pu admirer a l’écran. Même si tout est a refaire aujourd hui, il faut juste persévérer! De tout coeur avec toi Sophie, bonne continuation!

  5. Mohamed 23 said

    Salam Alikoum,

    MashaAllah, une grande optimiste: un comportement exemplaire des plus rayonnants! Ca fait plaisir! Si tu me lis Sophie: keep it real! TOUJOURS! La société change, NOUS la changeons, avec l’aide de ALLAH (awj). N’importe où, garde la foi et tu t’en sortiras, toujours, avec la volonté du Seigneur des Mondes.

  6. Mohamed 23 said

    Ah oui! J’oubliais!

    Si l’on veut prendre un exemple des plus insolites, quant à l’adoration de ALLAH (awj), et bien c’était à l’intérieur d’une baleine! cf, l’histoire du prophète Younous (alayhi salam).

    Alors au cinéma… je pense que tu peux t’en sortir! inchaAllah!

  7. may said

    et pour les soeurs ki veulent devenir actrices,kels tuyaux?

  8. Lina said

    Salam,

    En effet, ce témoignage d´une jeune comédienne française, sans aucune éducation religieuse durant son enfance, comme elle le dit: « Mes parents sont athées, je n’ai jamais eu d’éducation religieuse », qui se convertie à L´Islam… après avoir connu et aimé un musulman, devenu son mari,( rien d´extraordinaire, cela arrive à des centaines de femmes ds le monde!)- est intéressant. Mais, ce qui est originale, c´est qu´elle soit actrice, et qu´avec son hijab a tenté de s´imposer dans ce milieu,(naïve ou téméraire!?)… Puis, « vaincue » par elle-même en confessant: (Je ne supportais plus de ne plus sentir le soleil, le vent, de me sentir enfermé. Et tout ça, c’est devenu une contrainte.)

    Et pour « rassurer »(lectrices moutahajibates)- elle promet qu´elle le (hijab) remettra!

    L`interview étant par ailleurs bonne, et Sophie Guillemin, sympathique, sincère et même émouvante avec sa manière de dire les choses (concernant l´Islam, le voile, sa conversion, sujets oh combien polémiques en France!)… Cependant, pour ma part, (musulmane, pratiquante elhamdullilah, epouse et mère…sans hijab.) je ne vois rien qui puisse faire pousser des cris de « victoire »,aux frères et soeurs musulmans en général, et aux « hijabistes »(ceci dit sans sarcasmes) ou d´en faire un chantre du DIN,ELIMAN =HIJAB…

    Le plus touchant, admirable dans son expérience, c´est le fait qu´elle ait « choisi » Din el Islam, comme la seule foi VRAIE, dans laquelle son être intérieur s´ est unifié. Qu´elle ait perçue l´Islam comme une religion « sans contrainte », qu´elle se soit sentie libre, »absence de hierarchie relig », et donc Responsable, et sans intermédiaire entre elle et Allah Subhanu. Ayant compris tout cela, l´avoir assumé au point de se présenter partout comme « musulmane » sans complexes, ni peur (dans cette France si xénophobe aujourd´hui, et dans sa profession!!)… Voilà ce qui est à applaudir, et non pas le voile, qu´elle a mis… et enlever, en attendre de le remettre plus tard!!!

    Se focaliser sur le « hijab », qui plus est, comme le SIGNE SUPREME de la musulmane AUTHENTIQUE, voire, le sceau d´une IDENTITÉ, est plus une espèce de prosélytisme à rebours, pour ne pas dire un FAUX débat…

    Pour ma part, je sais QUI JE SUIS, Fière d´être musulmane, et de pratiquer ma foi, avec autant d´humilité et de crainte SEULEMENT d´Allah El Raham El Rahim,´sans avoir besoin d´afficher des signes extérieurs pour me faire respecter, et me respecter moi-même, ou, me prouver à moi-même et « aux autres » qui je suis…

    Pardon, si j`ai pu blesser ou irriter par mes propos. mon intention était seulement de faire entendre un autre « son de Adhan », avec tout mon respect pour toutes les opinions, et mon admiration pour la sincérité de Sophie Guillemin, ainsi qu`à notre précieux site OUMMA.

    Lina

  9. Me said

    Salam,

    Merci pour ton adhan, imam Lina.
    Tant que tu es bien dans tes baskets, c’est l’essentiel, au diable ces contraintes religieuses!

    Cela dit, tu dis « Pour ma part, je sais QUI JE SUIS, Fière d´être musulmane, et de pratiquer ma foi, avec autant d´humilité et de crainte SEULEMENT d´Allah El Raham El Rahim ».

    1- C’est très bien que tu saches qui tu es.
    2- C’est très louable que tu sois fière d’etre musulmane
    3- tu pratiques ta foi avec humilité et crainte d’Allah uniquement.

    Bémol : la foi a 6 piliers dont la croyance en Ses Livres [Evangile, Thora, Coran].
    Y croire=s’y soumettre.
    S’y soumettre=pratiquer ce qui y est écrit. Pratiquer ce qui y est écrit= accepter le voile comme une prescription divine.
    Accepter le voile comme une prescription divine=le porter
    Le porter=Craindre Allah
    Craindre Allah=avoir la foi
    Avoir la foi=Etre croyante par choix
    Etre croyante par choix=être fière de l’être
    Etre fière d’être croyante=savoir qui tu es, et ta finalité
    Savoir qui tu es=Lina.

    C’était simplement une erreur de raisonnement que je j’ai repérée. Nothing more 🙂

    Salam

  10. samia said

    salam lina
    je ne sais pas mais j’ai ressenti une certaine haine de votre part envers les femmes voilées(soubhan Allah)et surtout quand vous employez le mot hidjabiste alors qu’elles sont musulmanes comme vous qui dites fiere de l’etre,on ne met pas le voile pour s’afficher mais pour se soumetre à Allah car au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué vous qui etes une musulmane pratiquante et soumise à Allah soubhanou le voile a été cité dans le coran comme etant une obligation.
    et puis les filles voilées ont deja assez d’ennuis de la part des gens qui ne connaissent pas l’islam et qui le combattent pour qu’elles aient
    sur le dos des femmes musulmanes pratiquantes qui n’aiment pas le voile.

  11. Lina said

    imam Lina to Mutawaa Me

    Salam,

    Merci de te soucier de mes baskets, elles vont bien, wa bissalmou 3alik… hachek.
    C´est bien que tu saches qui tu es: un muttawa´e cybernétique.
    C´est très louable que tu sois si sûr (e) de toi, possédant la verité sur terre et dans les cieux

    De ton bémol jusqu´à la table de tes commandements de la police religieuse chère au royaume wahhabite, tu sembles pratiquer ta religion avec l`arrogante des donneurs de leçons qui interprètent le Coran et les propos du Prophète (sws) avec cet arbitraire intellectuel qui a éteint la lumière de l´Ijtihad en Islam, en le bouclant dans l`obscurantisme, la scission, et le sang fraticide.

    Je ne veux pas entrer dans un énième débat sur le voile… car cela devient lassant, pour ne pas dire une dépense d´énergie pour rien.

    Par ailleurs, je répugne à entrer dans une discusión avec qui s´écoute parler sans entendre les cris de toute une oumma qui n´en fini pas d´être déchirée par elle-même et par les autres… ces ennemis puissants, qui la raille, la méprise, la domine, la persécute, la massacre, et elle, comme le scorpion, se suce (lentement mais sûrement) le poison de sa queue.

    Mais encore, je refuse, d´invoquer pour te contredire, les arguments qui contredisent la prétention de “ta” table des “lois divines”…

    Tiens, je ne te rappelerai même pas le cas du mariage du Prophète(sws) avec la belle Zaineb, fille de Jahch, ni quand les compagnons du Prophète (sws) sans gêne, se sont attardés dans sa maison après la noces… Évènement inspirant le verset intitulé “verset du Hijab” qui va enfin préserver l`intimité du Prophète, en ordonnant de pendre un rideau sur la porte de ses appartments. Et voilà que ce hijab cité dans un temps et un cas bien déterminés, est manipulé (comme bien d´autres versets saints) sans vergogne par des rigoristes musulmans, et assimilé à l`obligation du voile!

    Cependant, je pourrai te rappeler, ce que tu sais sûrement, (et taît sans doute?) car je ne veux pas insulter tes connaissances religieuses – que le terme HIJAB est cité 8 fois dans le Coran. Sans vouloir prétendre être une 3alima, je les cite en vrac…

    Chapitre 7, verset 46: le hijab est inscrit comme un mur séparant les gens du Paradis de l`Enfer. Rien n´indique qu´il concerne les femmes, ni le voile islamique.

    Chapitre 17, verset 45 & chapitre 83, verset 15: développent les mêmes termes que les précédents.

    Chapitre 19, verset 17: désigne l’isolement volontaire de Marie, au moment de la gestation, ce qui est considéré comme un hijab la protégeant des regards des siens. Une fois que Jésus est né, Marie n’est plus cachée ou voilée.

    Chapitre 38, verset 32: le hijab est ici, le soleil voilé quand Salomon a été distrait de la prière du crépuscule par la vision de ses chevaux, et s´est senti coupable d’avoir omis de prier avant que le soleil ne se voile. Donc, il ne s´agit ni des femmes, ni de voile.

    Chapitre 41, verset 5: avertit les mécréants koreichites (habitants de la Mecque) que les voies du Message leur sont impénétrables à cause d’un hijab (rideau) qui les sépare du Prophète (sws). La référence concerne les mécréants (hommes et femmes) et d´un voile qui sépare les bélligérants.

    Chapitre42, verset 51: c´est quand Allah Subhanu nous informe qu´étant invisible, IL ne s´adresse LIL INSSAN , que par messager interposé, c´est à dire derrière un hijab. Aussi, est-ce Dieu lui-même qui se voile et non la femme.

    Chapitre 33, verset: voici enfin le huitième et dernier verset citant le mot hijab et qui dit :

    « Vous qui croyez, n’entrez dans les appartements du Prophète que si vous êtes conviés à un repas (et dispensez-vous) d’attendre (à l’extérieur) que le repas soit confectionné. Après avoir mangé, dispersez-vous sans chercher avec familiarité (un sujet) de conversation. En vérité, cela nuit au Prophète qui a honte (de vous blesser), mais Dieu n’a pas honte de la vérité. Quand vous demandez (à ses épouses) quelque chose, adressez-vous à elles derrière un rideau. (HIJAB DANS LE TEXTE) C’est plus décent pour vos coeurs et pour les leurs. Vous ne devez pas offenser l’envoyé de Dieu, ni jamais épouser ses femmes après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu. »

    Ce verset concerne effectivement les femmes, mais pas n’importe quelles femmes. Il vise clairement les mères des croyants qui ne sont autres que les femmes du Prophète, auxquelles on doit respect, et que l’on ne peut prendre pour épouses, veuves ou divorcées, puisque le Coran leur a octroyé le titre de mères de tous les croyants.

    Ceci étant dit avec respect pour la liberté de choix de porter ou pas porter le voile, ainsi que pour ton opinion, même condescendante et satisfaite de soi.

    Ce sera ma dernière réponse sur ce thème.

    …Yes indeed, “to be or not be” is not the problem for the muslim world… but the real one, is that
    “ TO KNOW OR NOT TO KNOW!”

    “Search for knowledge though it be in China.”

    Salam wa Rahmatu Allahu Wa Barakatuhu 3aleikum jami´en.

    Lina

  12. Lina said

    Samia, oukhti el aziza,

    Wallahi, pour toi, je casse ma promesse de ne plus répondre à personne sur ce thème!

    pardonne moi, si je t´ai blessée, ce n´était pas du tout mon intention.

    Comment vais-je détester le voile, puisque ma mère – Allah Yarhamha- l`a portée, et avant elle, ma grand-mère??

    Mais, certes, je n´aime pas les donneurs de leçons en religion, et déteste cette idée pernicieuse, séparatiste et bassement tendancieuse, selon laquelle: » si tu ne portes pas le hijab, tu es une mauvaise musulmane, voire une pècheresse »… C´est tout simplement abominable. Je hais le prosélytisme sous toutes ses formes, et la contrainte,soit en douce sur le plan social, culturel, politique, ou par la force… cette force qui a tué des centaines de femmes en Algérie, en Iran, en Afghanistan, parce qu´elles refusaient de porter le voile!!!

    Je ne veux pas me targuer d´être parfaite. Mais laisse-moi te dire, que j`ai été au premier rang des manifestants en France contre la loi repugnante du gouvernement sarco, sur le voile. Je me suis battue pour faire admettre des écolieres portant hijab dans leurs écoles. J`ai signé mult pétitions en France, en Espagne,angleterre et même aux USA, contre la discrimination des musulmans, et particulièrement les femmes voilées.

    Je n´ai jamais cédé aux pétitions des féministes pour appuyer leurs récriminations contre le hijab. Et,enfin, dans ma famille, beaucoup de mes parentes le portent sans cesser de nous aimer et de nous respecter mutuellement.

    Sur un autre plan, j`ai défendu la legitimité du Hamas en Palestine, la victoire du FIS en Algérie,
    applaudi et manifesté pour la victoire du Hezbollah contre lìnvasion sioniste, et plus encore, quand il s´agit de liberté et d´expression politique des musulmans quelles soient leur tendances idéologiques.

    Je ne dis pas tout cela pour me justifier, cela m´est égal que l`on critique mes positions.

    Mais toi, comme toutes mes soeurs fi Din wal iman, avec ou sans hijab, parce que c´est leur choix, et non pas celui de la peur et de la repression – oui, je veux m´expliquer, afin que tu, vous n´interpretez pas mes critiques comme une attaque, mais comme une revendication de liberté et de respect dans notre foi commune en notre belle et grande religion el ISLAM, et en Son Messager, notre Bien-Aimé Rassoul Muhammad (sws)

    Allah Yhanik, wa Yahdina Jamién.

  13. Me said

    Salam aleykoum Lina,

    Toutes mes excuses pour être passée pour une donneuse de leçon et t’avoir contrariée,je suis à des lumières de tout cela. Là n’était réellement pas mon intention, Rabbi ‘alem bia.

    Amin lil jami’ pour tes dou’as.

    Salam aleykoum

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :