Quel genre de femme êtes-vous ?

27 mars 2009

Par Khadija

Non, rassurez-vous, je ne me lance pas dans l’un de ces quizz pompeux  avec des réponses sensées déterminer notre profil psychologique, intellectuel… tout cela pour nous conforter quelque part dans notre médiocrité pire nous démonter en deux temps trois mouvements.

Là il s’agit de déterminer quel genre de vie vous souhaitez mener. Je m’explique: aspirez-vous à une carrière professionnelle épanouie et éclatante quoiqu’il arrive ou êtes-vous plus faites pour une vie toute aussi rythmée mais cette fois à la maison entourée de vos charmants enfants à qui vous vous consacrerez tous les jours?

Aujourd’hui, il parait difficile pour certaines d’entre nous d’envisager un quelconque avenir professionnel mais à coeur vaillant rien d’impossible n’est-ce-pas? Difficultés mises à part, puisque la vie est pleine de défis, nombreuses sont celles qui se lancent dans de longues études avec pour ambition d’atteindre THE objectif, le poste tant convoité et ce avec détermination, c’est bien connu les filles c’est beaucoup plus sérieux! Elles sont aussi très nombreuses à partir et tenter leur chance vers d’autres contrées.

Par ailleurs, il y a celles qui préfèrent être mère au foyer. Leur devise: ma famille et ma maison. Elles ne jurent que par cela: elles motivent les troupes, les régalent, les éduquent tout en n’oubliant pas de rester femmes. Les bons côtés, et cela on en a quand même pas mal profité pour la plupart, c’est leur disponibilité et les bons plats parce-que la bonne cuisine ça fédère et ça soude! 

Et puis il y a celles qui jonglent: elles ne travaillent qu’à temps partiel et veulent passer le maximum de temps à la maison. C’est simple: elles veulent leur indépendance financière et être présentes pour leurs enfants quoiqu’il arrive.

La femme a toujours été et reste le socle du foyer familial. Elle soutient, elle supporte, elle écoute et elle conseille. C’est une Wonderwoman des temps modernes. Or, il peut arriver qu’elle en oublie d’être femme: à force de sacrifice et de priorités mal gérées, son bien-être passe au second plan jusqu’au jour où elle ne se supporte plus. Ainsi, il convient d’avoir un équilibre dans sa vie de femme en réussissant à allier féminité et quotidien.

Alors quel genre de femme êtes-vous ou souhaitez-vous être? Chacune est libre de faire le choix qui lui semble être le meilleur sans pour autant perdre de vue certains éléments déterminants dans notre vie de femme. L’important est de mettre en avant ce que l’on est et d’optimiser au mieux son potentiel.

Publicités

12 Réponses to “Quel genre de femme êtes-vous ?”

  1. Betty said

    Salam,

    Perso, la femme que je serais dépendra de ce que mon mari sera…

  2. Soumia said

    Salam les filles encore merci pour vos chroniques,

    et bien je suis passée par toutes ses phases personnellement. Je m’explique, j’ai fais de longues études juridiques, et à l’époque mon seul objectif éait de m’accomplir professionellement sinon rien. L’indépendance financière, le prestige de pouvoir dire je suis une femme qui assure au plus haut niveau,et rendre fière ma mère ca me faisais réver.
    Et puis la réalité à repris le dessus: de grandes difficultés ne serait-ce que pour se dégoter un stage, besoin urgent d’argent pour survivre donc petits boulots en contradiction totale avec mes compétences…
    Un engrenage qui ne fait que vous éloigner encore plus de ce que vous auriez pu être professionnellement avec des  » mais vous avez fais quoi pendant deux ans,!! » ben travailler pour vivre, tiens!!!
    J’entends ceux qui disent de ne pas lâcher et de ne pas construire son propre plafond de verre, mais j’en ai eu marre de me rendre malade, et de me dire que ma vie étais foutue. Peut-être que mon destin était tout autre, ou bien qu’il fallait laisser la place à d’autres projets.
    J’ai pu me marier avec l’homme que j’aime et avoir une merveilleuse petite fille, j’ai par la suite travaillé à mi-temps et su ce que voulait dire être le « socle familiale » en toute modestie.
    Mais la crise qui fait des ravages, à stopper net mon avenr professionnel.
    A présent je suis une femme et une mère a foyer, mais pas à contre coeur, car j’apprécie vraiment de prendre soin de ma famille. Si ce n’était la perte de mon emploi, ca aurait pu être mon propre choix.

    je ne lâche rien et me dis que si j’ai envie de retravailler ou si j’y suis obligée et bien je me battrai pour.

    En conclusion chaque femme devrait pouvoir choisir de s’épanouir ou qu’elle veuille que ce soit au boulot ou chez soit (ou y a du boulot quand même).
    Ne pas être défaitiste et savoir apprécier chaque situation en l’exploitant un max.
    Plutôt que de se lamenter de ne pouvoir être quelqu’un d’autre.C’est dur et c’est un travail de longue haleine, mais c’est bénéfique pour nous-même et notre entourage.
    Enfin c’est apprécier et parfois endurer avec mérite ce que Allah nous a destiné…

    BIZZZZZZZ mes belles…

  3. jamsbb said

    Salam

    Tout est une question de motivation et d’ambition. Pour les femmes au foyer, c’est tout à leur honneur mais quelle est leur valeur ajoutée pour la communauté?
    Pour celles qui ne trouvent pas il y a des moyens de s’en sortir même s’ils sont plus compliqués. Il faut savoir avoir des priorités dans la vie, sommes nous ici-bas pour que tout soit facile et aille de soit? je ne crois pas.

  4. Jihane said

    Salam,

    Pour ma part je me suis lancée dans de grandes études à la fac, et je dois dire que j’apprécie tellement le boulot que je ne m’imaginerai même pas sans, j’aime bien cette ambiance studieuse, de fous rires parfois.
    Après mes études j’aimerai travailler inchAllah, et ce n’est pas parce que je suis voilée que je pars défaitiste, au contraire j’ai encore plus envie d’y arriver à le décrocher ce fameux boulot parce que je me dis que si on fait de son mieux, et qu’on s’en remet à Dieu, on ne peut pas être déçue.
    J’aimerai être une femme et une épouse indépendante financièrement, non seulement parce que j’ai envie d’avoir un boulot où je m’épanouie, et ne pas dépendre de mon mari sur ce plan , le laisser tout porter, pour après avoir des reproches sur la façon dont je dépense « son argent ».
    Si je gagne mon propre salaire, c’est pour moi, pour mon foyer et comme dirait on si j’ai envie de m’acheter tel ou tel truc hors de prix, ben ce sera avec un argent gagné honnêtement et que personne ne pourra me dicter ce que je dois faire.
    Bon je dis ça peut être parce que je suis étudiante et célibataire looool mais bon pour l’instant c’est comme cela que je vois les choses.

    Salam.

  5. fan said

    Jamsbb,

    Non tout n’est pas question d’ambition et de motivation. Il y a des realites sociales qui font que les femmes sont plus enclines a etre femmes au foyers ou a occuper des petits boulots precaires que de finir cadre sup. Le plafond dez verre n’est pas un mythe, et les emplois a tps partiel sont majoritairement feminins. Alors imagine maintenant a celles qui portent le voile, les handicaps sont enormes,l’ambition n’a rien a voir la dedans

  6. may said

    jamsbb, tout à fait d’accord avec toi.j’ajouterais rien de plus,tu as tout dis

  7. Soumia said

    Salam Jihane,

    sobhanallah tu es mon double à l’âge de 20 ans, je te souhaite la facilité dans tout ce que tu entreprendra.
    C’est clair que l’ambiance à la fac c’était le top pour moi. Cette liberté de pouvoir se dire que tout reste à faire, de vouloir changer les choses et contribuer pleinement à cette société, ce sentiment d’indépendance tellement enivrant. Se dire qu’avec l’aide de Allah ta^ala et si Il veut, on peut modeler son avenir…
    Bref il faut que tu vive pleinement cette période qui est une des meilleures de notre vie, tu aura des moments de doute et de relâche, mais sache garder cette force de caractère que l’on ressent à travers chacun de tes commentaires.
    Certes avec les années on se rend compte qu’il y a aussi d’autres priorités en parallèle, mais c’est grâce à des femmes comme toi que les choses peuvent avancer en notre faveur…
    biz biz,

    Pour répondre à Jamsbb,

    ma mère (qu’elle puisse reposer en paix)a été un soutien de poids dans ma vie, et même si elle n’a jamais travaillé , c’est elle qui m’a construite, conseillée, épaulée dans mes études. Femme au foyer ne veut pas dire inculte (je ne dis pas que c’est ton opinion), bien au contraire. Et même si certaines n’ont pas eu la chance de pouvoir être scolarisées, elles restent ce ciment familiale qui nous fait rester sur le droit chemin, persévérer dans nos études, éviter le plus possible l’égarement dans notre comportement.
    Ainsi donc ses mères font de nous de bons citoyens en devenir et de bons musulmans qui contribueront autant que possible à la bonne marche de la société.
    Elles ne sont pas juste des cuisinières à plein temps, mais bien la source de notre réussite et celle de toute notre communauté dans le meilleur des cas, voilà leur valeur ajoutée…
    salam à toi.

  8. Jihane said

    Salam Soumia,

    Ta réponse me touche beaucoup, je ne pense pas avoir beaucoup de mérite, j’essaie juste de donner mon opinion dans mes commentaires et comment je vois les choses en tant que voilée dans notre société française.
    J’essais de ne pas partir défaitiste même si dans ma vie, des choses, des situations, des commentaires de personnes avaient parfois pour but de me décourager, je n’ai jamais baissé les bras, parce qui si nous, musulmanes voilées (ou non d’ailleurs) , mères de demain inchAllah baissons les bras et nous laissons aller à fatalité, quel avenir pour nos petits frères et soeurs? Pour nos enfants?
    Je m’interdis le pessimisme au nom de Celui qui m’ créer, au nom du voile que je porte qui me pousse à être une battante, au nom de cette image de la femme musulmane dont nous devons réhabiliter l’image car certains veulent à tout pris la ternir.
    J’aime beaucoup la fac, et c’est vrai qu’à 20 ans on pense pouvoir tout changer avec l’aide d’Allah et je sais que quand on fait confiance à Dieu on n’est jamais déçu, nous l’oublions, Lui ne ne nous oublie jamais.

    Pour ce qui est des mamans au foyer, j’ai un très grand et profons respect pour elles, ma mère travaille à mis temps, elle n’est pas directrice d’une entreprise, et pourtant elle m’a élevée, s’est donnée du mal pour que nous puissions grandir sans manquer de rien, alors les mamans au foyers je voudrais vous féliciter car l’être c’est un métier à plein temps et car vous passez votre temps à faire plaisir aux autres.
    Je félicite les mamans aussi qui arrivent à concilier les deux, c’est très dur et pourtant vous y arrivez SoubhnAllah.
    C’est vrai que j’aimerai beaucoup avoir mon petit boulot plus tard inchAllah, mais je trouve ça scandaleux que l’on rabaisse les mamans au foyer car qui ne l’est pas ne c’est pas ce que c’est, j’imagine l’effort à founir et encore il doit bien être au delà de celui que j’imagine.

    Bisous,

    Jihane, votre moulin à paroles officiel loool.

    • Mariame said

      @ Jihane

      notre moulin à parole officiel ? Pas de soucis !!! 😀 C’est un plaisir pour nous toutes !

  9. may said

    salam,
    je voudrais juste préciser une chose,je ne suis pas contre les mamans au foyer qui constitue la génération de nos chères cheres mamans.en plus ,selon moi,mener ne carrière professionnelle pour la femme ne doit pas etre incompatible avec le fait de s’occuper de sa petite famille.
    je pense que notre communauté a grand besoins de femmes compétentes dans plusieurs domaines.exemple en medecine:beaucoup de nos frères prefererai un medecin femme pour leurs épouses(et meme certaines soeurs moi compris) pour des raisons évidentes.Si toutes les femmes été des mères au foyer cela serait -il possible?
    ceci n’est qu’un banal exemple.mais franchement,croyez vous que ça aiderait notre communauté qu’on devienne toutes des mères au foyer et uniquemement au foyer?
    Ces chères mamans au foyer qui « nous poussent a perseverer dans les études », le font elles pour qu’au finish on reste à la maison?

  10. ArcEnCiel said

    L’essentiel est de choisir sa vie et de vivre ses choix pleinement, en étant épanouie dans la vie que l’on mène, sans contrainte, sans l’influence d’un tier.

    Après tout, Allah taâla nous a créés différent(e)s. Nous ne sommes pas toutes faites pour être des femmes au foyer ou des femmes au bureau.

    Personnelement, mes choix et mes projets évoluent avec mon âge et mon expérience de la vie. A certaines périodes, je sens que ma place est au sein du foyer et à d’autres, j’ai envie de travailler. En ce moment, j’ai envie d’une vie hybride, mi vie familiale et mi vie professionnelle. C’est pourquoi, j’ai repris mes études cette année (c’est la deuxième fois que je reprends mes études) pour réaliser mon projet.

    Pour conclure, Allahu alem ce que la vie nous réserve, parfois nous n’avons pas le choix de travailler ou de ne pas travailler. On y est forcé car c’est une question de subsistance.

  11. Bader said

    Je me permets d’intervenir sur ce débat femmes au foyer ou qui travaille ou les deux.

    J’ai plutôt l’impression en regardant autour de moi que les femmes au foyer ne travaillant pas sont plus nombreuses chez les françaises musulmanes que chez les immigrées maghrébines eux-mêmes.

    J’ai remarqué que ne pas travailler était une sorte d’accomplissement social car il signifiait qu’on avait pas à travailler pour s’en sortir. Les questions de travailler pour ne pas dépendre de son mari ne se posent pas à mon avis pour tous et toutes. De nombreuses femmes et hommes sont obligés de travailler ne serait-ce que pour vivre. Le travail est davantage vue comme une nécessité fondamentale plutôt qu’une autonomie ou que d’une émancipation quelconque.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :