Loi du 15 mars 2004… reprendre la parole dans le silence assourdissant

16 mars 2009

Par Ismahane Chouder (secrétaire générale de la Commission Islam et Laïcité. Co-présidente du Collectif Féministes Pour l’Egalité. Co-auteure du livre Les filles voilées parlent. La Fabrique 2008).

 

Cinq ans qu’une loi scélérate, censée (faut-il le rappeler) ne s’appliquer que dans le cadre des établissements scolaires du 1er et du second degré, sert de prétexte aux interprétations, aux extrapolations les plus ahurissantes, les plus saugrenues, les plus farfelues… les plus illégales !

De la libération de la parole et des comportements racistes à la légitimation de l’exclusion et de la discrimination des femmes qui portent un foulard, beaucoup (trop) se sont sentis investis depuis d’une mission pseudo laïque et féministe et continuent de brandir cette loi au-delà de son cadre tel un étendard marqué du sceau civilisateur, émancipateur, libérateur …

Fervents défenseurs de la laïcité comme foi religieuse, ils invoquent constamment les grands principes qui fondent la République, mais président à toutes les
entreprises politiques qui disqualifient toutes les femmes identifiables comme « musulmanes voilées ».

Combien de spécialistes et d’experts auto proclamés de « la » femme voilée, ou « du » voile, « symbole d’oppression »  A raison de leur foulard des femmes sont réduites au rang d’objet parlé, étudié, commenté (et le plus souvent diffamé et insulté), et non de sujet parlant.

Cinq ans que la loi du 15 mars 2004, nommée communément si justement loi sur le foulard (en conformité avec les principes qui ont guidé l’esprit de promulgation de cette loi) perpétue l’entreprise de déshumanisation et de déni de parole des filles et femmes qui portent un foulard, dans le silence assourdissant des médias, des politiques, des organisations dites progressistes…

lesfillesvoileesparlent

En effet, que sait-on de l’état psychologique dans lequel se sont retrouvées les adolescentes « dévoilées », de la manière dont s’est déroulée leur année scolaire, du traitement qu’elles ont continué à subir malgré leur « dévoilement », de ce qui s’est réellement passé lors de ces fameuses périodes de dialogue, de ce que sont devenues les 50 exclues et les 60 démissionnaires officielles, sans parler des déscolarisations non comptabilisées. Nous ne savons rien non plus de la recrudescence des agressions et des discriminations contre les « mamans voilées », les étudiantes, les militantes, les féministes, les stagiaires des organismes de formation, les usagères du service public, les citoyennes, les travailleuses, filles et femmes portant un foulard.

Pourtant en parallèle de ce sombre tableau les raisons d’espérer existent et transcendent tous les dégâts et dérapages liés à cette loi dont nous sommes encore loin d’avoir tiré toutes les conséquences.

Loin du battage politico médiatique, une réappropriation de la parole et de leur image par les principales concernées a eu lieu et prend une ampleur grandissante. Adaptation, confrontation, esquive, humour, résistance, affirmation de soi… femmes voilées engagées dans la vie associative, sociale ou politique, démenti vivant aux clichés entretenus, plus que jamais conscientes que les droits ne se donnent pas mais se conquièrent et qui osent de nouvelles prises de parole.

 Une parole singulière dans la diversité de leurs parcours, de leurs histoires, de leurs espérances et dans leur liberté de choix commune.

 15 mars 2009, an V de l’arbitraire, sixième année de la lutte pour l’abrogation de cette loi d’exception, raciste et sexiste, insha Allah, au-delà de nos appartenances particulières dans notre humanité commune.

Publicités

3 Réponses to “Loi du 15 mars 2004… reprendre la parole dans le silence assourdissant”

  1. lina said

    Salamou aleykoum,

    J’adhère complètement à votre discours Madame Chouder et je suis éffarée de constater que des femmes comme vous n’aient pas été au devant de la scène médiatique.
    La France n’est pas prête de changer de position hélas, à nous je pense de prendre les devants et de nous imposer avec intelligence comme vous le faites Ismahane.

    Brakallahoufikoum
    Qu’Allah guide vos pas

  2. Farid said

    Salam aleykom,

    Très bon article Ismahane, je connais d’ailleurs votre ouvrage co-écrit avec l’excellent Pierre Tevanian.
    Loi scélerate et inique qu’il nous faut dénoncer avec force car rien n’est irréversible.

    Wa salam

  3. Moustapha said

    Excellent Ismahane!! J’ai adoré votre ouvrage qui m’a d’ailleurs beaucoup touché. Et j’admire votre parcours de militante. Que Dieu vous garde.

    Moustapha

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :