Que penser de l’Arabie Saoudite ?

19 février 2009

Par Mariame

Noura al-Fayez… est-ce que ce nom vous dit quelque chose ? Non ??? Honte à vous ! C’est pourtant l’info du siècle, en tout cas selon certaines. Il s’agit de la première femme en Arabie Saoudite à entrer dans le gouvernement en tant que vice-ministre de l’Education chargée des femmes. Inutile de vous dire que ce genre d’ info en France, pays des droits de l’homme et de l’interdiction des signes religieux, ne passe pas inaperçue ! Généralement, lorsque l’Arabie Saoudite marque l’actualité, c’est à cause du pétrole et des pétrodollars, des bousculades lors du pélerinage (faut parler du manège géant et des jets de pierres, sinon c’est pas assez sensationnel ! ), des mains coupées, de la lapidation, des femmes qui ne conduisent pas (femmes au volant…), et j’en passe ! En bref, que des choses cool et sympathiques.

C’est une bonne nouvelle diront certaines, une grande avancée même. J’ai lu quelque part que c’était un pas vers la parité. Mouais… il en faudrait des plus significatifs quand même. Et puis de manière générale, la parité, ça ne veut rien dire ! Alors en Arabie Saoudite…

Chez nous, les féministes du dimanche parlent d’une mince avancée pour les femmes saoudiennes, toujours autant soumises au système patriarcal. Pour les associations féministes présentent sur place, de gros progrès en faveur de l’émancipation (mot toxique) des femmes ont été accomplis depuis près d’un an, notamment sur le marché du travail avec désormais la possibilité pour les femmes d’occuper des postes qui leurs étaient auparavant interdits. En Arabie Saoudite, les femmes représentent trois quarts des diplômés de l’enseignement supérieur. Ainsi, de plus en plus de Saoudiennes font entendre leur voix. Mêmes les princesses se rebiffent.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais entre les discours qui visent en permanence à disqualifier le fameux monde arabe qui regorgent de phallocrates polygames barbuvéliques, et la réalité, notamment saoudienne, qui fait état de pratiques et comportements très moyenâgeux dans toutes les sphères de la société, il est très difficile d’être critique sans, à côté, être accusée de faire le jeu de l’ « Occident ». C’est comme dénoncer les dérives de certain(e)s au quotidien, comme le tout haram dont nous avions parlé, et risquer d’être taxée d’hérésie ou de trahison.

Ce n’est pas parce que le premier lieu saint de notre bien aimée religion se trouve dans ce pays que l’on doit fermer les yeux sur les choses scandaleuses qui s’y passent. Outre le sort réservé aux femmes (et bien sûr, il faudrait aussi préciser que toutes les femmes de cette société ne sont pas logées à la même enseigne), il y a également les politiques menées en matière d’économie et de diplomatie qu’il faut signaler et commenter.

Le fait d’avoir des opinions, en l’occurence politiques, n’est pas une tare, ni une déviation, non ! Au contraire, c’est un devoir. La musulmane n’est pas un mouton. Par contre, elle peut en manger… du mouton.

Publicités

2 Réponses to “Que penser de l’Arabie Saoudite ?”

  1. maria said

    Chère Voilée libérale,

    je pense que tu as tout à fait raison. J’apprends petit à petit cette merveilleuse religion à laquelle je me suis convertie et qui me comble tellement, et je pense ne pas dire de bêtises, mais tu me corrigeras si c’est le cas, que notre Prophète (SAWS) accordait une vraie parité aux femmes. Ce sont probablement des raisons économiques et sociales qui ont plongé la femme musulmane dans certains pays arabes dans des situations de soumission à un système patriarcal injuste. Mais comme on voit avec ce qui se passe en Arabie Saoudite, il viendra un temps ou les femmes pourront avoir la place qui leur revient. Comme toi j’ai un peu horreur de certains termes qui ont un goût de féminisme bébête qui ressemble à une guerre des sexes. Une juste parité me semble souhaitable, mais avec les différences qui rendent hommes et femmes délicieusement différents. Et je pense que l’Occident n’a pas à se targuer non plus de ses avancées en la matière. En France ça date de quand le vote des femmes? De 1944. Et dans mon pays, le Portugal, ce droit n’a été accordé qu’en 1974. Et tout n’est pas encore vraiment harmonisé là-dedans, car, par moments, j’ai la sensation qu’on est passé du désir de parité des femmes à une forme de soumission masculine qui me laisse perplexe. Je parle toujours du morceau d’Occident que je connais: la France et le Portugal. J’aimerais, par exemple en politique, voir des femmes qui apportent de la féminité dans leur action à la place de vouloir à tout prix se masculiniser, brutaliser. Ce qui donne au pire des Margaret Tatcher ou bien, certaines qu’on ne nommera pas, qui accouchent en 5 jours et reprennent leur travail aussitôt 🙂

  2. iman said

    Assalamou alaykoum
    C’est tout de même hallucinant que dans le pays sensé être le modèle(sic) à suivre en terme de religion, au 21eme siècle, on en soit à se féliciter qu’une (une seule) femme ait été autorisée à sièger au gouvernement!!!
    Ce pays est dirigé par des gens qui M’HORRIPILENT .
    Je n’ai pas de mots pour décrire ces hommes qui utilisent la religion comme moyen de domination.
    Un pays de toutes les aberrations aussi : En effet, on préféré « confier » les femmes à des chauffeurs (donc non mahram) plutôt que des le voir conduire leur propre véhicule…
    Mais du temps du prophète sws les femmes montaient à dos d’âne, de cheval, de chameau 🙂
    D’où viennent donc ces interdictions absurdes si ce n’est de l’ignorance crasse dans laquelle ils baignent.
    Je vais m’arrêter là car je sen la moutarde qui me monte au nez

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :