Oumma pour elle, épisode 3 : quand travail et hijab ne font pas bon ménage (sauf pour faire des ménages)

2 février 2009

Par Hijab and the city

Du nouveau sur Oumma pour elle et Oumma TV.

Nous avions déjà abordé la question du hijab et du travail. Voilà ce que ça donne en vidéo.

C’est ICI. Bien sûr, on attend vos réactions!

Bon début de semaine à toutes et à tous.

Publicités

16 Réponses to “Oumma pour elle, épisode 3 : quand travail et hijab ne font pas bon ménage (sauf pour faire des ménages)”

  1. As Salamou Aleykoum,
    Merci Khadija pour cette émission !
    Convertie, j’ai choisi de ne pas porter le hijab notamment pour ne pas limiter mes opportunités professionnelles : après mon bac+5, je suis partie travailler à l’Ambassade de France au Liban et une administration française n’acceptera jamais qu’une employée porte le hijab (même pour les libanaises recrutées à des postes de secrétariat ou même à l’entretien).
    Après, c’est une question de choix et j’admire celles qui font le choix de le porter, à condition de ne pas s’exclure totalement non plus… Je trouve dommage de faire de longues études et de les mettre aux placards une fois le diplôme en poche.
    Néanmoins, j’aimerais savoir ce que tu entends par les moyens détournés de le porter sans que cela se voit, ça pourrait m’intéresser ! 😉
    Autre question : quelle profession souhaites-tu exercer après ton diplôme ? Je t’imagine bien dans la recherche mais est-ce compatible avec tes choix ?
    Parmi les métiers que les sœurs peuvent exercer voilées, il y a assistante maternelle (garde d’enfants à domicile), commerçante en ligne, télémarketing… Autres choses ?

  2. Soumia said

    Salam à toutes les chroniqueuses,

    et bien merci pour cette chronique super intéressante, toutefois je suis restée sur ma faim concernant les moyens détournés de porter le hijab.
    Moi-même j’ai un bac+4, mais bien sûr qui engagerai une hijabwoman?
    Al hamdoulilah je n’ai pas à me plaindre, mon mari subvient à nos besoin.Je suis assez épanouie en ce moment vu que j’ai un petit bébé qui me prend tout mon temps et que travailler ne m’attire pas trop pour l’instant.
    Mais je sens que sitôt ma fille à l’école, j’aurai bien besoin d’avoir une vie plus sociale et pouvoir exploiter mes diplomes.
    J’ai encore le choix de pouvoir travailler ou pas, mais qu’adviendra-t-il de nous si mon mari perd son boulot et qu’il faudra coûte que coûte trouver de la thune pour manger?
    De plus ou est la logique, quand dans le même temps ils ne veulent ni engager des femmes qui ont des compétences égales à celles non voilées, ni que l’on dépende des aides publiques?(non à l’assistanat qui disait…)

    Autres choses dites moi Khadija ne serait pas la Voileé libérale?lol

    bisous

  3. Jihane said

    Salam Khadija,

    Alors est-ce la voilée libérale?looool

    Bravo pour cette chronique, j’avoue que ça remonte le moral, surtout pour celles comme moi qui se sont lancées dans de grandes études, comment ne pas penser au chômage qui touchent les « surdiplômés » et comment ne pas appréhender l’insertion dans le monde du travail quand on est voilée?
    Je suis assez pour la logique de compromis c’est à dire, que s’il ne veulent pas accepter que l’on porte le voile classique, pourquoi ne pas faire un compromis sur un style bandana, attaché à l’arrière etc…ça passe mieux.
    C’est clair qu’enlever son hijab, c’est un déchirement pour une voilée (je repense à mes années lycées ou je devais l’enlever devant la porte…pour certains c’est anodin, moi ça me faisait très mal, mais c’était soit la poursuite d’études, soit arrêter et je ne suis pas pour cette solution car le savoir est obligatoire pour nous), mais parfois on a pas le choix, entre les employeurs qui acceptent (très rares), ceux avec qui il est possible un compromis, et ceux qui refusent catégoriquement,à chacun sa situation et c’est même presque du cas par cas.
    Ceci dit, je suis convaincue que les moeurs évoluent, et qu’un jour être voilée ne sera plus un frein à l’embauche.(rêve?loool)

    Mais se pose surtout ici la question de l’apparence dans notre société, là nous parlons du voile mais les personnes fortes,de couleurs souffrent aussi parfois de discrimminations.
    C’est clair qu’au comptoir on préfère une taille mannequin, plutôt qu’une femme forte, car ça attire plus le client,Révoltant? oui, beaucoup de gens sont indignés par ce genre de choses, et les médias qui nous resservent tous les ans ces reportages sur la discrimmination et pourtant rien ne change.

    La discrimmination se fait aussi à l’encontre des femmes, cadre homme payé plus qu’un cadre femme à compétences égales.

    Egalité des droits???

    Salam.

  4. Salamandre said

    Selem,
    Je sors toujours le bon exemple quand on me dis que c’est impossible de travailler avec le hijab : une de mes amies, étudiante pour devenir ingénieur en télécommunications, a réussi à obtenir un entretien avec des employeurs pour faire un stage. On lui à dit à ce fameux entretien qu’elle aurait une réponse dans une semaine… 15 min après être partie, ils l’ont appelée pour lui die qu’ils l’acceptaient. (Bon je sais elle est brillante aussi^^).
    C’est un heureux exemple qui me redonne le moral, et puis je me dis que si je réussi à faire une grande école d’ingénieur, comment un chef d’entreprise pourra-t-il me refuser ? J’ai l’air naïve comme ça^^, mais bon s’il faut j’irai faire Polytechnique 😉
    Aux armes citoyennes ! levez vos bataillons ! et battez-vous par tous vos moyens (intellectuels, bien sur) !

  5. Soumia said

    c re moi,
    oh là là j’étais persuadée que c’était toi khadija! lol
    Bon ben jpense que t’as envie de garder le secret , bizbiz.

  6. Ahmad said

    Je ne connais aucun patron en France qu’est prêt a engager une femme voilée , excepté, femme de ménage, télé-markéting et encore, il ne faut pas se voilé la face. Même si certains ont de la bonne volonté, ils ont peur de perdre leurs clientèles. Il ne faut pas donner de faux espoir à nos sœurs, tu choisi ta voie (ta foi) donc attends toi à renoncer à ta carrière. Combien sont elles aujourd’hui à faire des hautes études et à rester à la maison ! combien sont elle à dire (les plus jeunes) à quoi bon étudier si c’est pour rester à la maison ! combien sont elle à être frustré d’être marginaliser dans la société ! tout cela pour dire que choisir c’est renoncer, viendra un jour ou les citoyens de confession musulmane auront un poids économique et là nos sœurs seront épanouis dans le monde du travail, donc à nous de travailler pour cela.

  7. Jihane said

    Salam,

    Si je peux me permettre de réagir à ce que disait Ahmad plus haut,je suis voilée, et il y a quelques années je devais enlever mon voile devant la porte du lycée, et je le remettais à la sortie, c’était soit ça, soit renoncer aux études comme beaucoup l’on fait.
    Hors de question que je renonce à mes études , et même si j’étais contrainte d’enlever mon voile devant le lycée, je ne l’ai pas vécu comme un renoncement à ma foi, même si ça me déchirait le coeur et que (les voilées seront d’accord) je me sentais nue sans voile.
    Quant à celles qui font de grandes études et qui restent à la maison, c’est un choix,parce que dans la vie quand on veut quelquechose on se bat, et on essai de trouver un compromis, même si cela ne marche pas, on aura essayé.

    Plus énervantes sont certaines voilées qui lancent le sempiternel « A quoi bon étudier, si c’est pour rester à la maison? », celles la c’est plutôt que le problème lié à l’embauche quand on est voilée est un alibi à leur paresse, oui car déjà, quand on étudie c’est d’abord pour Dieu, pour s’enrichir, et puis bien sûr gagner sa vie et manger.
    Alors ces filles là qui pensent qu’il ne sert à rien d’étudier si c’est pour ne pas avoir de boulot, ben devraient savoir que la science est obligatoire pour tout musulman, et que si nous étions moins pessimistes et bien bien nous ferions de grandes choses au lieu de partir défaitistes.
    Je vais passer pour l’utopiste de service, mais tant pis loool, des fois les musulmans gagneraient,je pense à l’être un peu.

    Salam

  8. Soumia said

    Bien dit Jihane, de toute facon tant qu’on ne le vis pas soi-même, on ne peut pas comprendre ou plutôt ressentir l’accablement que génère parfois des choix assez difficiles.
    J’ai déjà travaillé et comme toi je me sentais nue sans mon voile, mais pareillement il n’était pas concevable de laisser tomber.
    Actuellement j’ai fais le choix d’être mère au foyer à temps complet, mais si je devais reprendre un boulot sans le voile malgré tous les efforts pour le garder et bien je l’accepterai.
    Certains hommes et personnes d’autre confession peuvent compatir un max essayer de se mettre à notre place, seulement au bout du compte il n’auront jamais à faire ce choix.Surtout que pour beaucoup squatter la maison c’est toujours préférable.
    Alors si d’ici là il n’y pas d’évolution comme en Angleterre, nous sommes bien obligées de faire avec.Obligées car parfois on a pas trop le choix si on veut continuer à pouvoir vivre décemment sans passer par la case faillite du ménage, ne serait-ce que pour nourrir sa famille…

  9. Jiji said

    Salam alaykoum les filles,

    Petit message d’espoir : Bac +5, je travaille avec mon hijab (noué comme d’habitude, pas de concession du genre bandana, et tuniques toujours aussi longues) dans une grande entreprise et dans mon domaine… et cerise sur le gâteau je ne suis pas la seule voilée de la boîte !!
    Mon conseil : oser passer des entretiens avec le hijab, il y a des chances de tomber sur des bonnes personnes…les mentalités commencent à changer.

  10. Jihane said

    Soumia,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, si jamais on me proposait un boulot que j’aime, je ferais tout pour trouver un compromis quant à mon voile, mais si au bout du compte j’étais obligée de l’enlever, j’accepterai le boulot.
    Tu as raison quand tu dis qu’il faut avoir vécu les situations pour en parler, comme dans notre cas, c’est celui d’enlever notre voile, les gens qui ne le portent pas et les hommes peuvent compatir mais en aucun cas ressentir ce qu’on éprouve dans de telles situations de malaise.
    Néanmoins, je me sentirais plus mal à l’aise encore si après avoir travaillé d’arrache pied et m’être investie à fond dans de grandes études, je ne travaillais pas à cause de mon hijab.
    Je ne conçois pas mon hijab comme un frein à la carrière que je pourrais avoir envie de faire, mais plutôt comme une force, car quand on a vécu dès 15/16 ans le fait de se dévoiler pour étudier, et que mes parents aient du maintes fois aller voir le proviseur pour trouver un compromis, et des fois moi même j’étais confrontée à certains professeurs aux idées très arrêtées sur le voile, et bien, je n’ai jamais arrêter de dialoguer avec eux, d’être polie et conciliante à l’image de notre belle religion, jusqu’au jour où un professeur m’a dit: « Jihane, personne ne m’avais jamais parlé comme cela, je comprend mieux votre choix à présent » et ce professeur était vraiment dans le cliché voilée-opprimée mais je me suis dit qu’il fallait que je lui explique, du moins que j’essaie et cela a marché.
    Comme quoi avec l’aide de Dieu, un peu d’optimisme du dialogue,et surtout quand on est battant, on peut arriver à de grandes choses.

    Salam à tous.

  11. ymen said

    selem à toutes

    Voilée depuis peu je boss comme caissière à Carrefour et j’essaye de porter un semblant de voile en le portant comme un genre de bandeau mais je suis obligée de montrer mes cheveux pour ne pas paraitre « trop fermé » de plus mes responsables ne savent pas que je me suis voilée ils ont trouvé bizarre que tout d’un coup je me fasse plus de brushing j’ai dû trouver des excuses un peu flou genre ma coupe est raté…(ce qui est vrai sois dit en passant!) et je ne veux pas leur dire car je ne veux pas m’exposer à la critique et peut être à l’ultimatum. Heureusement je compte quitter la boite dans pas longtemps pour me lancer à mon compte dans la création de prêt-à-porter et là enfin je serais libre!
    D’ailleurs les filles je vous tiens au courant car je vais faire une gamme de vêtements branchés pour les femmes voilés et bin oui on peut être voilé mais avoir la classe! ;))

    bon courage à toutes les hijab womans!

  12. Soumia said

    Bon courage Ymen,
    patience et que Allah ta3ala t’accorde la réussite dans ce que tu entreprendranon a besoin de gens comme toi qui se prennent en main!

  13. Maytika said

    Salam aleykoum,

    Second message d’espoir : une musulmane voilée , fraichement diplomée d’une école de commerce a trouvé (non sans efforts) un stage dans son domaine, durant lequel elle a su faire ses preuves et a été embauchée il y a deux ans maintenant. Elle est cadre sup au sein d’une société de cosmétique de renommée mondiale.

    Parce qu’elle le valait bien?

    Troisième message d’espoir : une étudiante ingénieure diplômée d’une grande école a été embauchée par une SSII fort connue avec son hijab.

    Quatrième message d’espoir : une femme médecin , ayant accumulé diplôme sur diplôme travaille actuellement avec son hijab, tout en restant fidèle à ses diplômes. De surcroit, elle dispense des cours de médecine, toujours avec ce fichu sur la tete.

    Je rajoute ou vous courbez l’échine très cher Ahmed?

    Bonne soirée

    Salam aleykoum

  14. Maytika said

    Précision de taille pour le dernier message d’espoir : la soeur dispense des cours dans une faculté de médecine.

  15. Nafiçah said

    Ah c’est bien machaAllah qu’elle dispense des cours dans une fac de médecine, on pourrait savoir si c’est en région parisienne??

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :