Oum Ayman : THE super nanny

23 décembre 2008

Par Khadija

 Parmi les Ethiopiens qui ont voué leur vie à Dieu, il était une femme, Oum Ayman qui fut la nourrice du Prophète (ص). Elle vivait avec le Prophète (ص) et le suivit lorsqu’il épousa Khadija.

Elle crut au message du Prophète (ص) et fut parmi les premiers convertis. Son mari n’ayant pas accepter qu’elle embrasse l’Islam la quitta. Ainsi, elle dut élever seule son enfant, Ayman.

L’intérêt que l’on doit porter à cette illustre femme réside  dans le fait qu’en tant que nourrice du Prophète (ص) mais surtout en tant que femme, elle entretenait avec ce dernier une relation limpide, saine, spontanée. On a trop tendance, et à tort, à juger ces femmes qui ont leur franc-parler avec les hommes ou qui restent naturelles, sous prétexte que c’est un manque de pudeur. En effet, être naturelle ne signifie en aucun cas être légère, c’est avant tout être sincère, ne pas faire dans le zèle et ses travers. On entend bien souvent des remarques du genre « t’as vu comme elle se lâche celle-là! Avec un homme en plus! » Oh! Quelle effronterie, répondrais-je. Au bâgne! Qu’on recadre cette malheureuse! Certes, il existe des femmes frivoles qui ne connaissent pas leurs limites mais cela ne signifie en aucun cas qu’être communicative est synonyme d’impudence.

Oum Ayman sut de son vivant qu’elle accèderait au Paradis car le Prophète (ص) dit à son sujet « que celui qui désire épouser une femme du Paradis, épouse Oum Ayman ». Encore un témoignage de l’ouverture d’esprit dont faisaient preuve les musulmans de l’époque. En effet, rien n’empêchaient les femmes de se marier à nouveau après un divorce tumultueux ou encore un veuvage, avec enfants en prime! Le fait de vouloir refaire sa vie avec un autre homme était en soi, naturel, essentiel même. Une femme n’a t-elle pas les mêmes besoins qu’un homme sur un plan purement sentimental et sexuel? Pourquoi accepte t-on plus aisément l’idée qu’un homme puisse épouser et donc aimer à nouveau, alors que pour une femme avec enfants cela est considéré comme de la déraison? On parle si souvent de retour aux sources mais on oublie bien volontairement les choses les plus simples.

Elle fut surnommée la voyageuse, la pénitente, la pleureuse, l’abstinente. En effet, lors de son émigration vers Médine, elle prit le départ sans but précis et sans eau. Elle ressentit alors la soif, qui la tortura au plus haut point jusqu’à ce qu’un seau d’eau fraîche descendit du ciel pour la désaltérer. Elle le prit et bu, et attesta qu’après cet évènement, elle n’eut plus jamais soif.

A la mort du Prophète (ص), elle pleura amèrement celui qu’elle chérissait tant et qu’elle vit grandir et s’épanouir. Elle pleurait parce-qu’elle avait compris que la révélation divine prenait fin et avec elle ce lien privilégié qu’entretenaient ces femmes et ces hommes avec le Très haut.

Publicités

4 Réponses to “Oum Ayman : THE super nanny”

  1. Amine said

    Bonjour,

    J’ai découvert votre blog un peu par hasard et en tant que :

    1 – Musulman
    2 – Français d’origine arabe

    Je suis vraiment très content de vous lire; certes, pour certain(e)s, je ne devrais pas mais j’apprends énormément de choses, à la foi sur le plan societal et sur le plan spirituel et je suis content de voir le travail de rectification que vous faites. Je parle de « rectification » car la lecture de ce blog pour des personnes non musulmanes, non croyantes ou simplement pour des personnes qui ne connaissent l’Islam qu’à travers les reportages télé crapuleux et les commentaires désobligeants de nombreux dirigeants, je vois que vous prenez parti pour la majorité des musulmans, celle qui respecte autrui, celle qui veut vivre sa foi dignement et celle qui veut éviter toute stigmatisation.

    Merci encore.

    A Salam Ou Haleykoum!

  2. ArcEnCiel said

    salamun aleykum Clochette,

    Bravo et barakaAllahoufiki pour ce texte et ton franc-parler.

    Je me reconnaîs tout à fait dans la description que tu donnes du franc-parler que peut avoir une femme en vers un homme et inversement. Etayer tes propos avec des exemples contemporains du Prophète saw, nous enrichit et nous donne des arguments contre les antagonistes du franc-parler.

    Au plaisir de te lire,

    fi amanillah

  3. neb said

    Salam, merci tout simplement pour ces portraits emplis de modestie et d’humilité. Sachons nous réapproprier notre Histoire et par la même, nous recentrer sur l’Essentiel…

  4. amal said

    Salam Alleykoum,

    Je vous souhaite a toutes et a tous une bonne annee 1430.
    Merci pour cette retropsective ma petite Clochette, ta plume est toujours aussi raffinee et pleine de sagesse !

    Ta facon de nous faire decouvrir ou redcouvrir notre histoire religieuse, en transposant l’histoire d’une femme admirable (Que Dieu lui apporte sa benediction) et les moeurs d’aujourd’hui nous montre bien que notre religion est intemporelle…
    Que celui qui prefere aduler les plaisirs ephemeres de la vie moderne a ceux dont l’enseignement prophetique, qui a traverse des siecles et pour lesquelles des hommes et des femmes sont morts, que Dieu lui vienne en aide et prenne exemple sur ceux qui ont prefere se battre pour le salut de notre religion au lieu de leur ame…

    Je vous souhaite a toutes et a tous de belles journees et a tres bientot…

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :