Féminisme musulman

10 décembre 2008

Par Khadija

Le féminisme se conçoit  comme un concept pour certaines, une idéologie pour d’autres, une religion pour les plus virulentes. Je dois avouer que je ne suis pas partisane de cette doctrine que je trouve d’emblée sexiste et inique, et sans fondement au regard de notre religion.

Comment peut-on se réclamer d’une pensée qui, au nom de l’égalité, vise à l’amélioration d’une population de la société, en l’occurrence les femmes, au détriment d’une autre ? 

Ce qui me parait plus approprié, serait de parler de réhabilitation du statut de la femme musulmane. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’il ne s’agit pas de repenser le statut de la femme et d’inventer le chapitre de ses droits et ses devoirs. Bien au contraire, ces derniers ayant déjà été définis avec équité, à travers les textes coraniques et la sunna (tradition prophétique), il me parait dès lors inapproprié de vouloir à tout prix reprendre une idée qui ne nous correspond pas.

En effet, l’Islam a octroyé à la femme, et ce depuis plus de 14 siècles, des droits qui lui conféraient de fait une véritable place au sein de la communauté. Il n’était plus question de  la déconsidérer en la reléguant à son rôle de procréatrice ou de vulgaire femme objet. L’Islam a ainsi instauré une parfaite complémentarité entre l’homme et la femme, annihilant de surcroît le système patriarcal régnant.

Néanmoins, la tradition est venue entacher les textes interprétatifs ce qui explique la régression du statut des femmes musulmanes à travers les siècles et ce jusqu’à aujourd’hui. On dénonce une analyse et une diffusion machiste des textes, ce qui a poussé de nombreuses femmes musulmanes à s’intéresser de plus près à l’exégèse et aux questions de jurisprudence.

On parle alors de féminisme musulman. Des femmes sociologues, politistes, imams ou encore engagées dans le domaine associatif, qui souhaitent rétablir la vérité au sujet du staut de la femme musulmane. Un statut bien souvent détracté, à juste titre puisqu’il n’est plus du tout question de l’Islam tel que transmis par le Prophète (SAW), mais d’un Islam traditionnel, opportuniste, avilissant parce que pensé par des hommes et pour des hommes et dont on continue à en subir les effets.

Le culturel ayant  pris le pas sur le religieux, il est capital de réinvestir le champ de l’analyse des textes et de leur interprétation. C’est pourquoi des femmes s »y attèlent aujourd’hui: elles organisent des cercles de réflexion, participent à des colloques internationaux afin de mettre fin au patriarcat et à ses effets pervers.

Alors peut-on parler de féminisme musulman? Sur un plan purement technique, je dirais que oui, parce que les outils, les schèmes sont les mêmes que pour le féminisme « classique ». Cependant, d’un point de vue idéologique et philosophique je préfère parler de réhabilitation ou tout simplement de juste retour des choses.

Publicités

9 Réponses to “Féminisme musulman”

  1. Maytika said

    Salam aleykoum,

    20/20.

    Cela dit, redondance déconcertante dans l’oxymore « féminisme musulman ». Peut être que remodeler les termes usités rendrait une image plus réelle de la lutte de ces femmes : « féminisme au sein de la communauté musulmane » => expression trop longue…mais claire (?)

    Up!

    Salam aleykoum.

  2. Jihane said

    Salam,

    Moi le mot féminisme ça me fait rire (en tout cas tel qu’on en parle à la télé…) car en tant que musulmane et de surcroît voilée, j’estime que l’Islam place sur un piedd d’égalité hommes et femmes, et plus encore, il octroie aux femmes beaucoup de privilèges (Dois-je rappeler qu’un père est obligé de prendre en charge sa fille, puis son mari qui se doit de la nourrir, l’habiller,partager son salaire avec elle, lui donner une dot,alors que l’épouse si elle travaille n’est pas obligée de partager son salaire et peut en disposer comme elle le veut, rappelons aussi que du point de vue héritage, l’homme qui hérite de biens doit partager avec son épouse alors que la femme elle n’est pas obligée)C’est pas beau ça dites moi? L’Islam en plus de nous mettre sur un pied d’égalité, nous considère comme de vrais trésors.
    Les traditions pour la plupart comportant des traits machistes essaient de faire dire à la religion ce qu’elle ne dit pas,et ramener la femme au bon vieux rôle de ménagère n’ayant pas d’autre centres d’interêts, mais ça ce sont les traditions et en aucun cas la religion.
    Le féminisme, tel qu’on en parle aujourd’hui est représentée par quelques frustrées( oui,c’est ce que je pense) ayant eu une mauvaise expérience avec certains hommes, et voulant mettre toute la gente masculine dans le même sac (là c’est éxagéré et pathétique) ou encore le fameux groupe qu’on passe toujours à la télé, vous savez celles qui disent parler au nom des « femmes », j’ai nommé « ni putes, ni soumises », alors elles, elles me font bien rire, leurs revendications: porter des minijupes sans se faire sifler, c’est vrai que c’est très profond comme doctrine, si elle résume leur soit disant émancipation de la femme à un habit ben là nous sommes devant des intellectuels dites moi, le discours vole haut.
    Ah oui j’oubliais, elles refusent que des voilées défilent à leurs côtés, mais bon là,voilée ou pas faut vraiment être paumée pour vouloir défiler à leur côté.

    Jihane, le moulin à paroles à votre service.MDR

    Biz.

  3. NEB said

    Salam,

    Peu de commentaires pour un post pourtant extrêmement intéressant, passionnant même… Peut-être que certain(e)s sont en vacances à l’occasion de l’Aïd Al-Adha, d’autres parti(e)s faire le grand voyage de leur vie à La Mecque? Peut-être… Dommage malgré tout, de ne pas lire plus de réactions sur un sujet fondamental, car il tend à rétablir le Dogme dans Sa Vérité, d’autant plus qu’il touche tout autant les musulmanes que les musulmans.

    Le terme « féminisme musulman » choque, peut-être… Car avant de lire musulman, c’est le « diabolique » féminisme qui frappe? C’est vrai que cette appellation « féminisme musulman », d’un mouvement initié depuis quelques années déjà, n’est peut-être pas leur plus grande trouvaille… Mais ce mouvement, par contre, est une réelle opportunité pour notre communauté. Encore faudra-t-il qu’il ne soit pas dénaturé et qu’au contraire, il poursuive sa route jusqu’à terme : le rétablissement de la Vérité de notre Religion. En ce sens, l’expression « réhabilitation du statut de la femme musulmane », proposée par Clochette, paraît plein de bon sens.

    La distinction initiale doit se faire entre Islam et tradition. Le statut de la femme, et cela s’exprime dans toutes les sociétés (ou presque), s’articule autour de trois pôles : enfant, épouse et mère. Paradoxalement, le statut de la femme ne considère jamais la femme en tant que…………. femme! C’est-à-dire qu’il semble que la femme doive être rattachée (attachée?) à un entité telle que ses parents, son mari ou ses enfants. Et cela dans le but de l’écarter de toute action sociale, culturelle, politique, religieuse ; bref, une véritable et profonde régression au vue du rôle de la femme en Islam.

    Quelques « mises en garde » semblent importantes malgré tout. Un premier point est sur l’entente des musulmanes entre elles. Il est fréquent d’assister à des jugements de valeurs, voire même à des médisances des plus laides (une jolie médisance, ça existe?)… Les prétextes à ces réactions médiocres sont multiples et souvent erronés. Ce mouvement de réhabilitation du statut de la femme musulmane sera d’autant plus efficace, que l’unité entre Sœurs sera profonde et sincère, dans la Voie d’Allah (SWT). Un second point porte sur deux écueils à éviter : la malheureuse opposition stérile (car insensée) entre les hommes et les femmes dans leur globalité, quand le « combat » se doit de rétablir la complémentarité des sexes dans l’égalité offerte par l’Islam ; la chute dans les bas-fonds « occidentalistes » opposés au Dogme, lorsque le but est de sortir des bas-fonds « traditionnalistes » (tous deux opposés au Dogme). Petite précision, je ne revendique ni le rejet de l’occident, mais de ses méandres dégoulinant de poisse, ni le rejet des traditions, sauf si celles-ci contredisent la tradition véritable : la Sunna.

    Ne dit-on pas que l’Islam est la religion du juste milieu? Voici la Voie à suivre, dans ce que nous entreprenons. Viser la justice, l’équité, l’égalité et ne pas se départir de nos devoirs, en tant que fils, père, mari, homme tout autant que fille, mère, femme, femme (bis). Attention aux dangereuses sirènes, tant pour les musulmans que pour les musulmanes, qui nous attirent vers les bas-fonds de tous bords… Qu’Allah (SWT) nous offre le discernement, il est l’une des clés de la Réussite, au sens musulman du terme.

  4. Leila Bdeir said

    Salam
    J’aimerais commencer par dire que je trouve super le fait que nous ayons ces débats de plus en plus au sein des communautés musulmanes. Toutefois, je trouve désolant de constater que même parmi les soeurs, quand il s’agit du féminisme, nous avons tendance à jeter le bébé avec l’eau du bain. Je comprends tout à fait que le terme féminisme aie des connotations un peu péjoratives pour certains et certaines, surtout s’il est associé à un projet d’impérialisme occidental. Toutefois, à mon avis, il ne faut résister à la tentation de refuter tout ce qu’a pu apporter aux femmes le féminisme, juste parce que nous considérons qu’il s’agit d’un projet occidental ou non islamique. Les mouvances féministes extrêmes qui considèrent que les femmes doivent vivre sans les hommes demeurent minoritaires. Et, bien que le modèle le plus répandu du féminisme libéral qui consiste à octroyer aux femmes les mêmes rôles et responsabilités qu’aux hommes, a surtout contribué à doubler la charge de travail des femmes. Mais il existe aussi d’autres modèles féministes, celui qu’on appelle radical par exemple, qui fait la promotion d’une réforme des systèmes sociaux, politiques et économiques afin d’établir un mode de fonctionnement plus équitable et égalitaires pour tous et pour toutes. Selon moi, il y a des pistes dans cette approche si ressemble à celles dont font la promotion celles qui luttent pour le droit des femmes à partir d’un cadre référentiel islamique.

    Je sais que c’est un peu long tout ça, mais je voulais simplement attirer l’attention sur le fait, qu’à mon avis, il n’est pas impossible de trouver des lieux de lutte communs entre le féminisme dit occidental et le message de justice et de réforme de l’islam. Je pense qu’il est dangereux de verser dans la caricature et le rejet catégorique d’une idée simplement en raison de sa provenance. Wou Allah ou aalam.
    Salam

  5. samia said

    des femmes imams?
    peux tu clarifier ?

    • hijabandthecity said

      Salam Samia,

      Oui il existe des femmes qui ont le statut d’Imam dans certains pays tels que les Etats-Unis et les Pays-Bas. La plus connue aux USA c’est Amina Wadud. Elle fait l’objet de beaucoup de controverses. Tu peux avoir des infos sur ces femmes sur le net, il y a pas mal d’articles les concernant.

      Clochette

  6. samia said

    salam

    merci pour ton explication.
    donc ces soit disant femmes imams retablissent la verite par rapport au statut de la femme musulmane?
    c’est ce que je comprends de ta phrase : « Des femmes sociologues, politistes, imams ou encore engagées dans le domaine associatif, qui souhaitent rétablir la vérité au sujet du staut de la femme musulmane. »

    de quelle verite s’agit il de retablir dans ce cas precis?
    quels droits ont ete bafoues? quelle loie a ete mal interprete par les hommes musulmans?

    j’ai trouve des infos sur ces femmes « imams » mais je reste etonne de lire de telles remarques sur ce site.( car je suppose que tu, vous cautionnez ce genre d’attitude de la part de femmes qui ne cherchent pas a retablir une verite, mais qui cherchent plutot a changer des textes afin de satisfairent leur ego).

    a part le fun entre musulmanes occidentales, j’ai peur des degats que peux poser ce site pour la jeunesse musulmane.

    • hijabandthecity said

      Chère Samia,

      Je n’ai en aucun cas cautionné ou pris partie concernant ces femmes imams. Tu remarqueras que sur Hijab and the city, on ne se prononce pas sur les différents avis, sur les thèses de tous les courants et tendances. Nous faisons part de ce qui existe au sein de notre communauté, d’ailleurs cela t’a permis de prendre connaissance de l’existence de ces femmes imams. Ai je dit qu’elles étaient la voix de la raison? Pas du tout. J’ai exposé des faits, et tu les as interprétés à ta façon. Ces femmes souhaitent et prétendent rétablir la vérité mais je n’ai pas dit que leur vérité était la bonne. J’invite à la réflexion ma chère Samia, je suis impartiale rassure toi.

      Clochette

  7. samia said

    salam

    oops j’ai ecrit trop vite…desole!
    il est vrai qu’en relisant la phrase je me suis rendue compte qu’il s’agissait juste de citer des faits et non de prendre parti.
    neanmoins je pense que pour des choses aussi grave que celle ci(l’imamat des femmes) il serait preferable d’ouvrir une parenthese ou souligner la non conformite a la religion afin de ne pas semer le doute chez certains lecteurs neophytes.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :