Comment je fais?

4 septembre 2008

Par Mariame

J’ai toujours été intriguée par les personnes qui prennent leur congés pile poil durant le mois de Ramadan, pour éviter les situations incommodes et certains désagréments.

Désagréments… entendez par là les situations scolaires ou professionnelles qui vous placent parfois dans des positions très délicates en tant que jeûneuse (n’oublions pas nos poulets jeûneurs ! ).

j’ai un rendez-vous super important pour le travail… je dois déjeuner avec un client, comment je fais ???

j’ai un séminaire de 19h à 21h… le prof se prend pour Keynes en plus… 2h de bla-bla non stop… comment je fais pour manger???

Tout le monde serait tenté de s’apitoyer sur le sort de cette jeûneuse qui n’a pas de chance, qui devra faire face au courroux du client indigné par son archaïsme! Sans oublier l’abstinente étudiante qui devra contrôler son ventre, de peur de déranger « the » professeur, qui ne vient qu’une fois par mois pour le cours du siècle (ça sent le vécu!)

Eh bien moi mes poulettes (sans oublier messieurs les gallinacés), je serais tentée de croire qu’il ne faut pas se plaindre de ces situations, ni tout faire pour les éviter. Certes, c’est la carrière pro ou la bourse d’étude et l’éventuelle alloc de recherche  qui se jouent (encore que…) mais il faut savoir faire face à ces épreuves et imposer ses opinions!!

Si votre boss vous demande de festoyer avec le client, expliquez lui que vous ne pouvez pas cette fois-ci, que vous pouvez éventuellement l’accompagner , mais qu’il serait préférable qu’au moment du déjeûner, un collègue (et pas le rival pas du tout fair- play qui veut absolument vous piquer le contrat) prenne votre place. Je connais de nombreuses personnes à qui c’est arrivé, et tout se passe bien à 90% des cas (les 10% ont fini par pointer à l’APEC… ils ont au moins gardé leur dignité!) Pour ce qui est du prof mégalo qui impose un silence religieux lors de ses cours qu’il juge hétérodoxes et novateurs , demandez lui de faire une pause et bien entendu, faites vous aider des fumeurs qui sont toujours en manque de nicotine: c’est peut être le lobby le plus efficace pour ce qui est des inter-cours (n’oubliez pas de prendre un truc léger à grignoter, parce que des bricks au poulet dans son joli petit sac, c’est pas très élégant! Pour ce qui est de la prière… il va malheureusement falloir attendre chez vous! )  

Je ne vous parle pas des pots en tout genre durant lesquels, vous devenez en l’espace d’une seconde la pestiférée masochiste qui ne profite pas de la vie, sans oublier les situations d’ « indisposition passagère » (souvenez- vous de cette très jolie formule de l’infirmière qui s’occupait des dispenses de sport…)! C’est peut être la pire des situations: on ne peut pas manger devant tout le monde, au risque d’éveiller les soupçons les plus saugrenus ! Et si jamais quelqu’un vous prend en flague, c’est la porte ouverte à une pléthore de questions allant de « on te force à faire le Ramadan, c’est pour ça que tu te caches pour manger » à  « t’as tes ragnagnas ?  » expression d’une vulgarité inouïe, qui l’est encore plus lorsqu’un mâle sans gênes vous la pose… quelle horreur !!

En résumé mesdames, mesdemoiselles, messieurs, je vous invite à prendre votre courage à deux mains! Il faut savoir s’imposer dans ce monde de brutes, et ne pas se faufiler! Personne n’a dit que le Ramadan était chose aisée, bien au contraire. Il s’agit là d’un mois où l’adversité est de mise, et dans le cas des personnes actives où il faut faire preuve de patience et improviser… ou plutôt s’imposer !

Publicités

Une Réponse to “Comment je fais?”

  1. turbandthecity said

    Salam d’un poulet jeûneur!
    Vive les gallinacés (halals!)…
    Wassalam.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :