Se marier à tout prix !!

25 juin 2008

Par Khadija

Qui parmi les célibataires n’a jamais entendu sa mère dire « Alors ma fille, qu’est- ce que tu attends ?! tu sais que je ne suis pas éternelle ! Arrête de chipoter et marie toi avant que tu ne deviennes une vieille fille et que tu te mettes à parler toute seule ! ».

Eh oui ! Parce que dans l’imaginaire collectif, maghrébin qui plus est, quand on a plus de 22 ans (et encore je suis gentille) et qu’on est encore chez papa maman, on est considérée comme étant une VIEILLE FILLE ! Oui, une vieille peau que tout le monde montre du doigt pendant les mariages et à qui tout le monde fait la sempiternelle dou’a (invocation) : « l’gouba lik a benti ! » traduction « vivement ton tour ma fille ! » et sans oublier les regards pleins de compassion…

Dans notre communauté, les personnes qui se marient tard (et surtout les jeunes femmes) ne sont pas très bien loties ; on considère que c’est parce qu’elles rechignent trop, qu’elles ont des critères trop exigeants qui les empêchent de trouver chaussure à leur pied (même si la pointure ou le design de cette dernière ne correspondent pas). On les appelle les filles difficiles ou encore les matérialistes parce qu’elles ont le malheur d’avoir fait des études supérieures et qu’elles demandent à épouser un homme au capital culturel et /ou scolaire notoire ; ou encore, parce qu’elles n’ont pas 18 ans, souhaiteraient que leur futur ait une situation professionnelle stable parce qu’elles n’ont pas le luxe de se permettre d’attendre 2 ou 3 ans avant de faire un enfant et qu’il faut que Monsieur puisse assumer sa petite famille puisque Madame ne travaille pas à cause de son voile ! Je me disperse un peu mais tout cela pour vous dire qu’être ce qu’on appelle communément une vieille fille n’est pas forcément ce que l’on croit !

Posez la question à l’une de ces filles et écoutez attentivement sa réponse. Vous verrez que ses intentions sont pures et comme toutes les jeunes femmes elle n’aspire qu’à une chose : tomber sur l’homme qui la rendra heureuse parmi tous ceux qu’on lui aura présenté, et c’est pas gagner si devant elle, elle ne voit défiler que des profils qui ne lui correspondent pas et ça c’est problématique : faut il se lancer en se disant « tawakkaltou ‘ala Allah » (je m’en remets à Dieu) ou doit elle continuer à croire non pas au prince charmant parce qu’elle n’est pas dupe, mais plutôt espérer que le prochain qu’on lui proposera répondra à la plupart de ses critères ? Parce qu’en fait, la musulmane, surtout quand elle est voilée ne sait jamais sur qui elle va tomber, attention, il ne faut pas se méprendre, point de mariage arrangé mais plutôt du super super speed dating avec une palette de dom juan super limitée et un cru parfois des plus médiocres ! En gros c’est du TACOTAC ! Ou, soyons plus spirituelle, c’est le Qadar, le destin quoi !

Récemment on m’a parlé du concept du « marieur à gages » (c’est moi qui l’appelle ainsi). En fait, l’idée est d’aller voir un homme ou une femme qui se propose, face à la détresse des vieilles filles, de vous faire rencontrer l’âme sœur en fonction de vos critères bien sûr ! Il vous demande ce que vous recherchez chez un homme et consulte hardiment son petit répertoire qui abonde de contacts afin de trouver celui qui correspondrait. J’ai bien ri quand on m’en a parlé et puis je me suis dit pourquoi pas après tout tous les moyens halal sont bons ! Mais je ne me suis pas lancée et je n’ai donc pas testé pour vous une rencontre avec l’entremetteur miracle ( qui, soit dit en passant, peut être une femme).

Je me rends compte que mon post est bien long aujourd’hui, alors je m’arrête là, mais il y aura une suite des plus alléchantes ! En attendant, n’hésitez pas à lâcher vos commentaires pour plus d’expériences et de conseils à partager !

Publicités

14 Réponses to “Se marier à tout prix !!”

  1. Salam aleikoum

    Il faut dire que les jeunes femmes d’aujourd’hui sont vraiment très exigentes.

    Elles veulent trouver le prince de leur rêve, qu’il soit diplomé, qu’il ait une super situation professionnelle et qu’il soit pratiquant.

    Lorsqu’on leur présente would ness mais qui n’a pas encore sa situation, elles le jettent en disant qu’elles sont pas prêtes pour le mariage.

    Pis malheureusement, elles laissent passer une perle rare et se retrouvent avec des personnes qui ne les correspondent pas.

    Dommage dommage…

    Quant je me suis mariée, mon mari n’avait pas de situation, pas de diplome et une petit salaire. Se fut dur au début mais masha’Allah, nous sommes comblé à présent.

    Qu’Allah Soubhanahou Wa Ta3ala vienne en aide à chaque musulman qui veut le halal

  2. hijabandthecity said

    salam petite fleur!

    je suis d’accord avec toi, le matérialisme c’est de la cupidité à l’état pur mais il ne faut en vouloir à celles qui souhaitent que leur futur mari ait une situation professionnelle stable. C’est tout de même important, sachant que si elle a atteint un certain âge, comme 28 ans par exemple, elle ne peut pas se permettre de prendre un étudiant ou un homme sans situation soyons réalistes! Qui donnerait sa fille à une personne qui ne peut l’entretenir ou assumer un foyer? c’est tout de même insensé! Néanmoins, il ne faut pas exagérer et exiger des choses de l’ordre de la futilité et de l’artifice. Et puis, la perle rare n’existe que dans les films à l’eau de rose, on épouse jamais l’homme parfait ou du moins celui qui correspond à nos critères si je puis dire…

    Clochette

  3. Salam aleikoum

    Je suis d’accord lorsque tu dis que les parents ne donneront pas leurs filles à un homme sans situation mais pourquoi ne pas la donner à un étudiant (en fin d’étude) ?

    Ici en Allemagne, dans mon entourage, il y a beaucoup de parent qui ont donné leurs filles à des étudiants sachant très bien qu’au début ça serait un peu dur, qu’il faudra se serrer la ceinture mais qu’au bout de quelques années, cet étudiant aura une très bonne situation.

    Pis je connais aussi beaucoup de couple qui sont tous les deux étudiants, chacun avec un petit travail et al hamdoulillah ils s’en sortent pas mal, même que certain ont des enfants. Je rappelle qu’ici en Allemagne, à l’âge de 28 ans, t’es encore étudiant, ben oui les études sont longues.

    Tout est possible al hamdoulillah.

    C’est dommage de pas vouloir patienter au début.

  4. Jihane said

    Salam Clochette,

    Je voulais te remercier pour tes articles et les pointe d’humour que tu y met en rendent la lecture d’autant plus agréable.
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, comment se marier avec un homme qui ne peut pas assumer une famille du moins pour le début, son épouse, ce n’est pas raisonnable ( on ne demande pas qu’il possède un palais c sur, mais un moins un chez soi et une situation lui permettant de se projetter). Et puis, c’est vrai que les filles ayant fait des études veulent un homme capable de discuter avec elles de divers sujets (je fais partie de ces filles), pour moi ce n’est pas éxigeant du tout, c un minimum pour être bien avec la personne, sinon tu te retrouves avec quelqu’un à qui, tu n’as finalement rien à dire.. et c’est désolant…
    En attendant que nous trouvions nos perles rares inchAllah…

    Bonne Continuation et un grand merci pour tes articles.

    Jihane.

  5. QualiNico ;-) said

    Salam comme dirait l’autre,
    Après avoir lu nombre de billets, il me semble, outre leurs évidentes qualités d’écriture, que le véritable défis c’est de concilier tradition et modernité. A toute celle, qui se pose la question du prince charmant, n’oubliez pas mesdames et mesdemoiselles, que dans une relation il faut être deux. Bien souvent savoir écouter l’autre constitue la majeure partie d’un chemin qui paraît bien triste s’il obeit à trop d’idées, de codes et de stéréotypes. Un peu d’originalité et un soupçon de déraison en matière d’Amour ne peut pas faire de mal, voir même ouvrir des horizons… Ce n’est toutefois qu’un humble avis du sexe opposé de surcroit.

    Bonne journée et bonne continuation à toute!
    Nico.

  6. Nourra said

    Salam aleykoum

    Une situation stable, ça n’existe pas. La vie est faite d’épreuves, de mouvements, d’aléas. Attendre un homme avec une situation stable c’est comme regarder le drapeau de vigilance sur une plage… Le drapeau est vert, super on peut se jeter à l’eau… oui mais la mer peut vite être agitée et les critère si chers à nos yeux (stabilité de l’emploi, appartement suffisamment spacieux pour recevoir une famille, …) vont s’évanouir au fond de l’eau.

    C’est une question tellement difficile, la plupart du temps on a des idées arrêtées sur le mari non pas idéal mais compatible. En effet les seuls critères sont à mes yeux une recherche de piété chez l’autre et de communication. Et là tu as tout à fait raison de dire qu’une soeur qui a fait des études dans le supérieur a certainement besoin d’un mari qui pourra lui donner le change intellectuellement, du moins un homme qui a de la culture et un esprit critique.

    Pas facile, Allahi sahel! Mon mari est mon opposé total, je ne l’aurais jamais épousé si j’avais dû choisir des critères sur un catalogue… papiers d’étudiants à l’époque (il ne comptait pas rester en France), sans le sou, pas de travail, un tout petit studio, une culture totalement différente de la mienne… et ma cha Allah que de chemin parcouru, que d’épreuves aussi surtout depuis que sa vie professionnelle s’est stabilisée bizarrement ;))

    Allahi barik!! Vivement la suite in cha Allah

  7. hijabandthecity said

    salam à toi Qualinico!

    Ton discours est un don généreux pour notre blog et nous sommes honorées de recevoir ton commentaire qui, je l’espère, ne sera pas ponctuel, bien que tu sois très sollicité et que tu ne puisses pas donner de temps à tout le monde! Néanmoins on te félicite pour ton commentaire qui a été émis à la hauteur de tes possibilités et qui est déductible des impôts à hauteur de… oh je m’oublie, pour ceux qui ne comprennent pas c’est normal, il n’est donc pas nécessaire de psychoter!!!mdr qualinico ton pseudo est excellent!

    Clochette.

  8. hijabandthecity said

    salam Nourra ou plutôt re!

    bien entendu je ne considère pas qu’il faille attendre que le futur époux soit irréprochable et qu’il ait une bonne situation! que nenni! mais il faut l’avouer arriver à un certain âge on ne peut pas se permettre de se marier avec un homme avec une situation instable, incapable d’assumer les frais d’un mariage et d’un foyer, qu’on se le dise! Tu as épousé un étudiant mais tu devais l’être aussi à l’époque, et tu savais que sa situation allait se stabiliser plus tard ou du moins qu’il fallait se serrer la ceinture en attendant le diplôme et la proposition d’emploi; mais pour certaines, quand on a 30 ans et plus, on ne peut pas se le permettre, du moins c’est ce que je pense.
    Quand à la piété, il est clair que ça fait partie des « fondamentaux » si je puis dire et tu as raison de parler de l’importance de la communication et de l’échange parce que bien souvent on oublie que c’est par manque de communication que bien des couples se déchirent et se séparent alors que notre noble Prophète était un exemple patent en ce sens qu’il accordait une importance capitale à la communication au sein du couple.

    Clochette.

  9. tahara said

    slm alkm,

    le prophète,saws, le modéle que nous devons suivre a préciser les critéres prioritaire. Je pense que rechercher un mari stable c paradoxale. Il est vrai qu’on ne peut donner sa fille a M. Vagabond ou M. Irresponsable. On est d’accord. Mais il ne faut se contenter d’avoir une vision purement cartésienne, la richesse c’est ALLAH qui la détient, il se peut qu’un mari qui a une riche fortune se retrouve du jour au lendemain ruiné, avec sa femme et les enfants qu’ils ont eu: vas tu lui dire « ta plus de situation, je m’en vais! »? Il faut un mari qui fournit des efforts, et soit sincére, et sachez mes soeurs qu’ALLAH a déterminé la subsistance de chacun avant notre venue dans ce monde, donc regardons les qualités, en certifiant le gout de l’effort et la communication en plus de l’amour de l’islam et sa pratique,soit au rendez-vous

    salam alaykoum

  10. Clochette said

    Salam Tahara,

    effectivement, amour, foi, spiritualité et sincérité doivent constituer les principaux piliers du couple musulman. Mais il faut être honnête, on ne peut vivre que d’amour et d’eau fraîche! De plus, le musulman se doit d’être ambitieux et ne peut se contenter du minimum même si la vie d’ici bas est éphémère… Allah oua3lam!

  11. Sajida said

    lol il m’a fait sourire cet article

    ceci dit très vrai et très interessant mash’Allah,

    Pour ma part j’ai 18 ans je pense comme toute jeune fille à l’avenir et je dirais que si les jeunes musulmanes sont célibataires plus longtemps c’est surtout parce que, se réservant pour leurs époux elles attendent un homme qui fasse de même. Et trouver aujourd’hui un homme qui n’espère qu’au mariage et non aux conquètes est.. très très difficile lol mais pas impossible Al Hamdoulillah, je pense en avoir la preuve ^^

    qu’Allah accorde à nos soeurs un homme pieux qui leur permettra de construire une famille sous la baraka…

    wa salam halaykoum

  12. hijabandthecity said

    Ton optimisme me plaît beaucoup Sajida, c’est vrai que quand on a foi en quelque chose et que l’on s’en remet à Dieu, il n’y a pas de raison que ce que l’on souhaite au plus profond de nous même ne se réalise pas.

    Clochette

  13. Chaima7 said

    Salam alaikoum,

    je pense qu’un point a été oublié: les parents aussi sont exigents et s’opposent au mariage pour des futilités.
    Combien de fréres et de soeurs sont passés du rire aux larmes pour une question de vie professionnelle, de nationalité, de tribus,…
    que Dieu nous guide!

    amine

    ps: sympa le site

  14. houdhoud said

    Salam alikoum

    Testé pour vous!!

    J’ai épousé en 98 un jeune homme dont la religion me plaisait.
    Il n’avait ni situation professionelle, ni papier, ni appart, ni famille en France, ni Bac, ni, ni…
    J’ai passé dix ans à le voir me reprocher ce que j’avais et qu’il n’avait pas.
    J’étais désintéressée, sincère, et pire : amoureuse.
    Divorcée après 9 ans et 3 enfants, je répond quoi?
    Qu’il faut quand même « un test de compatiblité »?
    Même berceau (pays de naissance), à peu près même âge (à plus ou moins 5, ou 6 ans), même(s) attente(s) de la vie, même courant de pensée philosophique et spirituel, etc…

    Le pire, c’est que même toutes ces précautions ne garantissent absolument rien.
    Il y a des choses qu’on ne découvre qu’après mariage (ex: compatibilité sexuelle),
    et des choses qu’on sent, sans pouvoir se l’expliquer : communication d’inconscient à inconscient, (ce qui est très dangeureux, on peut tomber amoureuse de son bourreau).

    Faudrait-il une psychanalyse pour bien se connaître et savoir ce qu’il nous faut?

    Une chose cependant me reste en mémoire, j’avais accompli la prière de la consultation…(et oui! nous ne sommes pas seul!)
    J’ai vu ce qui m’attendais.
    Néanmoins, je pense que je ne brûlerais pas 2 fois les aîles, j’ai appris de mes erreus : quand on ne le sent pas, il ne faut pas.
    Mais vivre seule est douloureux, pour eux comme pour nous.
    Et eux aussi souvent veulent vivre en paix et heureux avec leur épouse (heureuse aussi).
    J’attends le prince charmant, tout en étant consciente qu’il n’existe pas, en repoussant les prétendants, parce que berk…
    Le mariage, pour l’instant, il ne vaudrait mieux pas pour lui…

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :